Accueil Communiqué Affaire 12 morts à Tanwalbougou:la plupart de ces civils auraient été torturés...

Affaire 12 morts à Tanwalbougou:la plupart de ces civils auraient été torturés et exécutés le même jour, sans enquête préalable et sans autre forme de procès (Communiqué)

                          Déclaration sur la mort de 12 Civils à l’Est du Burkina Faso

C’est avec beaucoup de tristesse mais aussi une grande indignation que le CISC a
appris la mort de 12 civils dans des conditions plus que troubles.
Selon le procureur du Faso près le Tribunal de Grande instance de Fada, Kadeba
Judicaël, ces victimes feraient partie de 25 personnes interpellées dans la nuit du 11
au 12 mai 2020 à Tanwalbougou car « suspectées de faits de terrorisme » et elles
auraient : « trouvé la mort au cours de la même nuit dans les cellules où elles étaient
détenues ». Son communiqué ne déclare pas que les victimes étaient des terroristes
confirmés.

Ces allégations des autorités burkinabè ne correspondent en rien à plusieurs
témoignages recueillis et recoupés par le CSIC et partenaires. Selon des sources
concordantes, c’est dans la journée du lundi 11 mai qu’une quarantaine de personnes,
dont certaines étaient tranquillement à l’intérieur de la mosquée du marché de
Pentchangou (5km de Tanwalbougou) pour la prière de 14 heures, ont été arrêtées
par la gendarmerie de Tanwalbougou. Toujours selon ces mêmes sources, la plupart
de ces civils auraient été torturés et exécutés le même jour, sans enquête préalable et
sans autre forme de procès.

Les autorités administratives et judiciaires ayant été alertées par des proches des
personnes interpellées, la gendarmerie a convoyé 12 corps dans un état très degradé,
saignants et emballés dans des sachets plastiques, pour les déposer à la morgue du
Centre hospitalier régional de Fada N’gourma dans la matinée du mercredi 13 mai
2020. Puis, ce 13 mai dans l’après-midi, ces victimes ont été enterrées dans une fosse
commune pour les 11 et une seconde tombe pour le dernier. Quelle horreur !
Beaucoup soutiennent que ce genre d’exécutions extrajudiciaires qui impliquent la
Gendarmerie de Tawalbougou ne serait pas un cas isolé et que d’habitude elle
abandonne les corps dans la nature. Est-ce que ces corps étaient aussi abandonnés
dans la nature, avant d’être récupérés par les gendarmes pour les convoyer illico
presto et ce malgré que déjà dégradés, à la morgue de l’hôpital de Fada ? Est-ce tout
cela n’est-il pas dû à la pression exigeante des parents des victimes sur les autorités,
réclamant les corps de leurs frères ?

Pourquoi aucune autopsie n’a été pratiquée comme le demandaient pourtant des
parents ? Pourquoi les corps étaient-ils emballés dans des sachets plastiques ?
Pourquoi ces « linceuls » étaient si imbibés de sang comme le montrent les images
qui circulent ? Pourquoi les corps étaient difficilement reconnaissables ? Comment
chaque victime aurait eu une balle dans la tête si c’était une mort par suffocation
comme on tente de le faire croire à l’opinion ? Comment des corps peuvent-ils être
autant dégradés avant d’arriver au CHR qui est situé seulement à une cinquantaine
de kilomètres de la gendarmerie de Tanwalboulgou ?
Autant de questions dont les réponses sont déjà évidentes. Sous le couvert de lutte
antiterroriste, la gendarmerie de Tanwalboulgou se serait livrée à des exécutions
sommaires et extra-judiciaires. Celles-ci viennent s’ajouter à la longue liste des
horreurs déjà vécues quotidiennement par la communauté peule, sans même évoquer
les massacres de Yirgou, de Barga, de Kain et de Banh…
Par ailleurs le CISC reste extrêmement préoccupé par le sort des autres personnes
interpellées le 11 mai 2020 et dont les familles restent sans nouvelles depuis.
Le procureur de Fada N’Gourma a annoncé dans un communiqué qu’une enquête a
été ouverte et que celle-ci a été confiée à la brigade de recherche de la gendarmerie
de Fada. Comment les gendarmes peuvent-ils enquêter sur une affaire dans laquelle
ils sont directement impliqués ? Alors,
Le CISC recommande une commission d’enquête spéciale pour une meilleure
recherche de la vérité.
Le CISC alerte les pays alliés et amis du Burkina Faso et demande à toutes les
chancelleries présentes à Ouagadougou de faire pression sur les autorités burkinabè
et notamment le ministre de la Défense, Cherif SY, en charge de l’armée et de la
gendarmerie, pour que cessent ici et maintenant tous les crimes contre l’humanité
commis sur la communauté peule de ce pays.
Le CISC demande à ce que les pays alliés du Burkina dénoncent ces crimes contre
l’humanité et que la justice internationale soit saisie.
Pour le Bureau Exécutif

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
11 + 12 =