Accueil Edito de la semaine AFFAIRE FORÊT DE KUA : Où est l’opposition politique burkinabè ?

AFFAIRE FORÊT DE KUA : Où est l’opposition politique burkinabè ?

Voilà déjà des mois que l’affaire de la forêt classée de Kua défraie la chronique. Elle alimente les débats dans presque toutes les sphères de la société burkinabè au point de devenir un débat national. Mais ce qui est curieux et paradoxal c’est le silence de l’opposition. Elle est restée muette sur une question aussi importante. C’est à se poser des questions sur ce qui vaut ce silence. N’y a-t-il pas un parti politique de l’opposition qui a un programme sur l’environnement ? Ont-ils peur de subir la colère de la Chine ou du futur électorat à Bobo Dioulasso ? Le sujet est aussi capital pour ne pas intéresser l’opposition Burkinabè.

Zéphirin Diabré, Eddie Komboïgo, Kadré Désiré Ouédraogo… aucun des candidats déclarés à la présidentielle de 2020 n’a encore pipé mot sur la situation. Mais quand est-ce que vous allez parler au peuple ? Et on se dit homme politique qui a un destin national, au moment où dans le monde entier on parle de changement climatique au Burkina Faso, aucun acteur politique ne s’y intéresse sérieusement !Il faut attendre au moment des campagnes pour les voir faire la démagogie auprès des populations comme ils savent mieux le faire déjà. C’est à pareille circonstance qu’on attend beaucoup les avis de ceux qui pensent défendre les intérêts du peuple. Eclairez l’opinion maintenant avec des positions courageuses et franches. L’on ne peut pas rester dans un tel silence. Qu’on soit pour ou qu’on soit contre, il est important que ceux qui pensent un jour dirigé ce pays nous disent clairement leur position.

Le parti au pouvoir le MPP s’est déjà exprimé plusieurs fois sur le sujet. Le Premier ministre Christophe Dabiré en a parlé à l’assemblée nationale, le ministre de l’Environnement dans une correspondance au conseil municipal de Bobo Dioulasso a remis en cause la délibération qui portait sur le déclassement. Le sujet devient évidemment politico environnemental mais pourquoi se confiner dans un silence absurde ? Comme d’habitude l’opposition rate l’occasion d’expliquer aux Burkinabè sa position sur la construction de l’hôpital dans une forêt classée. Le parti de Blaise Compaoré, le CDP pourrait même dire ce qu’il pense de ce projet qui a commencé sous Blaise Compaoré dont le site avait été désigné sous l’égide de l’ancien maire Salia Sanou. Les Sankariste au nom de leur alliance politique se réservent aussi de parler alors que Thomas Sankara avait fait de la préservation de l’environnement son cheval de bataille, ce n’est pas un secret. Aujourd’hui, c’est avec amertume que l’on constate une inertie des sankariste sur un sujet crucial qui peut même sous d’autres cieux pousser le ministre de l’environnement à démissionner. Un ministre de l’environnement membre du parti sankariste qui semblait donner des signes d’espoir aux opposants à la destruction de la forêt, semble avoir été depuis, rappelé a l’ordre. “Un ministre, ça se la ferme ou ça démissionne”. Le choix semble avoir été fait.

La rédaction