Home Diplomatie Afrique de l’Ouest : Des pays côtiers à l’épreuve des menaces terroristes

Afrique de l’Ouest : Des pays côtiers à l’épreuve des menaces terroristes

0

Les terroristes continuent d’étendre leurs tentacules dans la sous-région. Les pays côtiers, notamment le Bénin, le Togo, la Côte d’Ivoire, qui étaient considérés comme des “îlots de stabilité” en Afrique de l’Ouest, sont de plus en plus sous menaces terroristes.

Par Daouda Kiekieta

Les attaques terroristes contre des civils et des militaires sont de plus en plus récurrentes au Bénin. Un policier béninois a été tué et un autre blessé, dans la nuit du 25 au 26 avril 2022, dans une attaque contre le commissariat de Monsey, dans la commune de Karimama, au nord du Bénin, près de la frontière nigérienne.

Cette attaque est la énième du genre à la frontière du Bénin avec le Burkina et le Niger. La plus récente remonte en février 2022 où neuf (09) personnes ont perdu la vie dans une embuscade tendue par les terroristes dans le nord du Bénin, dans le parc W transfrontalier géré par le Bénin, le Burkina Faso et le Niger.

En décembre 2021, le Président Béninois Patrice Talon, lors de son discours à la nation, a indiqué que son gouvernement envisage “renforcer la coopération avec les pays limitrophes en vue de mutualiser les moyens de prévention et de lutte contre le terrorisme”

Le Togo, pays voisin du Burkina, est aussi sous la menace terroriste. En effet, le 11 mai 2022. Des hommes armés ont pris pour cible le poste de sécurité de Kpinkankandi, dans le canton de Kandjouaré à la frontière avec le Burkina Faso.

Cette attaque est la deuxième, puisque dans la nuit du 09 au 10 novembre 2021, un poste de sécurité des forces armées togolaises déployées dans la zone de la localité de Kpendjal, au nord du Togo, a été attaqué par des terroristes. L’attaque a été déjouée et la riposte a permis de neutraliser un terroriste.

Lors de sa récente visite en Côte d’Ivoire, Faure Gnassingbé, Président togolais, a invité son homologue ivoirien à la mutualisation des efforts de guerre pour contrer l’expansion du terrorisme dans la sous-région. “La lutte contre le terrorisme ne peut être vue comme un problème du Mali, du Burkina Faso ou du Niger. C’est devenu un problème sous-régional”, a-t-il souligné.

En mars 2016, la Côte d’Ivoire essuyait également sa première attaque dans la ville balnéaire de Grand-Bassam, près d’Abidjan. Une attaque qui a coûté la vie à 19 personnes. Depuis lors, les attaques se sont enchaînées courant 2021 et ont fait plusieurs victimes parmi les civils et les soldats.

La dernière en date est d’octobre 2021 lorsqu’un poste d’observation des forces armées de Côte d’Ivoire (FACI), situé dans le nord-est, frontière avec le Burkina, a été la cible d’une attaque des hommes armés non identifiés. Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée mais deux soldats ont été blessés.

Ces attaques répétées au Bénin, au Togo et en Côte d’Ivoire, sont sans doute un signe de l’expansion des activités des groupes terroristes très actifs au Mali, au Burkina Faso et au Niger. Ces groupes terroristes liés à Al-Qaïda et au groupe État islamique (EI) tentent donc de trouver des bases arrières dans les pays du Golf de Guinée.

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
16 − 3 =