spot_img
spot_img

Burkina: Suspension de l’aide au développement de la France, « il n’y a pas de très grandes inquiétudes à se faire » dixit Dr Aboubakar Nacanabo

Publié le : 

Publié le : 

La France a suspendu, depuis le 6 août 2023, jusqu’à nouvel ordre, toutes ses actions d’aide au développement et d’appui budgétaire au Burkina Faso.  Le mardi 22 août 2023, le ministre en charge de l’économie et des finances, Dr Aboubakar Nacanabo, est revenu sur la question au journal  de 13 heures de la Radiodiffusion Télévision du Burkina (RTB). Il  a rassuré ses concitoyens: « Il n’y a pas de grandes inquiétudes à se faire»

Par Issoufou Ouédraogo

La France a annoncé la suspension de toutes ses actions d’aide au développement et d’appui budgétaire au Burkina Faso depuis le 6 août 2023. Le ministre en charge de l’économie, Dr Aboubakar Nacanabo, a fait comprendre qu’« il n’y a pas à s’inquiéter ».

Néanmoins, il a reconnu l’importance de cette aide. « L’aide française au développement pouvait nous aider sur un certain nombre d’aspects. Mais nous pensons qu’aujourd’hui si la France suspend son aide, ça nous interpelle sur la nécessité de nous réorganiser encore plus pour mobiliser davantage de ressources.»

Et il rassure: « Nous pensons que vraiment au regard des montants qui étaient en jeu, il n y’a pas de très grandes inquiétudes à se faire », a-t-il soutenu.

Le chef de département de l’économie poursuit en expliquant que de janvier à juillet 2022 et de janvier à juillet 2023, s’il prend la situation arrêtée, la mobilisation des ressources propres s’est accrue de près de 100 milliards de F CFA.

« Cela veut dire qu’à l’interne nous avons fait des efforts supplémentaires par rapport à ce qui est fait l’an passé de plus de 100 milliards de F CFA.». 

Il ajoute: « Nous avons la possibilité de nous organiser mieux pour pouvoir faire face à notre développement. L’aide qui va venir pourrait être un plus, mais pas remplacer les efforts que nous allons faire » a affirmé, le ministre en charge de l’économie, Dr Aboubakar Nacanabo.

wwwlibreinfo.net

Articles de la même rubrique

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...
spot_img

Autres articles

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...