Accueil Culture Aidy Pearls : Le retour aux racines africaines

Aidy Pearls : Le retour aux racines africaines

19
0

Le wax prend de plus en plus d’ampleur sur les marchés africains, se présentant comme le tissu représentatif de la culture africaine. Étouffant les réels tissus « Made In Africa », ce tissu importé envahit les marchés et efface les tissus locaux. Si certains créateurs prônent la mode africaine à travers ce type de tissus importés, d’autres encouragent l’utilisation des matières locales. C’est le cas de la marque de bijoux et accessoires Aidy Pearls, qui se spécialise dans la confection de bijoux et accessoires en perles et tissus ethniques africains.  

Créée en 2015, par Dalila Yaro, une jeune Burkinabè, Aidy Pearls a pour objectif de mettre en avant les perles et matières emblématiques des cultures africaines. La marque voyage à travers les cultures africaines pour faire renaitre les grandes figures de l’histoire du continent, telles que la princesse Yennenga, la reine Pokou ou encore Soundjata Keita.

En utilisant des tissus comme le Faso danfani, le kôkô donda, le bogolan, le pagne tissé baoulé, le tissu shwe shwe d’Afrique du Sud et bien d’autres, la marque se donne pour mission de mettre en avant le travail des artisans locaux.

En plus des tissus, Aidy Pearls met en relief le Cauris, pièce emblématique du continent africain. La créatrice a même lancé un nouveau slogan « Cauris is the new chic », utilisant les cauris pour confectionner des accessoires chics.

L’objectif de la jeune marque est de valoriser les matières africaines produites par les artisans locaux, d’encourager la création d’emploi dans le domaine de l’artisanat, et surtout de permettre une reconnexion avec les cultures ancestrales.

En dehors du Burkina Faso, la marque prend une place de plus en plus importante au Canada, et dans plusieurs autres pays grâce à sa boutique en ligne qui lui permet de véhiculer son message.

Le monde s’intéresse de plus en plus au « Made In Africa », ce qui permet à la créatrice de partager ses créations à travers une panoplie de défilés et panels, au cours desquels elle n’hésite pas à faire voyager les participants dans son monde enrichi par un méli-mélo de cultures.

Burkina24