Accueil Edito de la semaine ARBINDA: Que vaut encore une vie humaine au Burkina?

ARBINDA: Que vaut encore une vie humaine au Burkina?

62 morts! Rien de grave. Le dernier massacre à Arbinda inquiète non seulement par le nombre élevé de victimes mais surtout par notre indifférence générale. Et tout le problème est désormais là: la banalisation de la vie humaine.
62 morts et visiblement cela n’emeut pas les autorités encore moins la plupart des Burkinabè. Hommes politiques, société civile et leaders d’opinion, tout le monde a condamné du bout des lèvres ce qui s’est passé à Arbinda et à Zoaga. Et au même moment que font nos médias? Le quatrième pouvoir. Eh bien, pour nos journalistes, ces massacres ne constituent pas un sujet majeur. Ce qui est suffisamment grave (beaucoup ne le savent malheureusement pas). Et si la presse ne sait pas jouer son rôle, particulièrement dans ces pareilles circonstances, nous courrons tous à notre propre perte. Pour paraître entrain de jouer son rôle, le gouvernement a fait une sortie, ou deux. Balançant – longtemps après le début des événements – un communiqué qui soulève plus de questions que de réponses sur les responsabilités et même le sérieux de l’exécutif.

Le plus grave n’est pas dans ces drames qui nous arrivent. Le plus grave c’est l’absence d’un État soucieux face à des questions d’extrême urgence. Le plus grave c’est que la presse en est arrivée à ne plus s’en préoccuper. Le plus grave enfin, c’est une institution judiciaire qui étale, drame après drame, son incapacité à apporter des réponses appropriées aux dossiers urgents du moment. C’est bien de chanter « cohésion sociale », mais c’est encore mieux de commencer à s’assumer, chacun en ce qui le concerne.

Albert Nagreogo
Libre info.net

2 Commentaires

  1. Mon cher Journaliste!
    Si l’Etat ne se préoccupe pas votre bataille est nulle.
    Ce peuple mouton croit que ces gens au pouvoir sont la pour eux. Le Burkina actuel est l’anarchie, l’autorité n’existe plus. Si des le premier massacre l’autorité avait fait prévaloir des forces et le pouvoir publique qui lui ait confiée, on en sera pas la. Mais, voyez comment les kogolweogos ont nargué la population, et nargué l’Etat. Ce qui préoccupe le Rocko c’est son élection en 2020. Pas seulement dans la cohésion sociale, regardez les autres départements comment les choses sont pourrit. Me-me une mouche la, ce pouvoir peut pas sanctionner. Ils faisaient partir de la médiocrité , la gabegie l’insouciance, ils ont été formés dans ça, ils vont continuer dans ça. Si en 27 ans des gens ont occupés tout les haut postes décision et d’influence (a part la présidence) et n’ont pas développer le pays, il faut être un peuple mouton pour croire que ces gens ont une solution a vos préoccupations. Ils sont tous responsable des frustrations actuelles des burkinabé et malheureusement la jeunesse aussi bête et pourrit qu’elle soit a vendu son esprit a ces dealers.
    Comme mon papa me conseillait: “mon enfant, au Burkina actuel la, faut grouiller qu’on te tue; si tu es mort la, c’est ton problème, personne ne foute de toi. Ecoute! c’est toi qui est mort”.

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
16 + 8 =