spot_img
spot_img

Attaque à Gargaboulé (Sahel) : Qui sont ces jeunes volontaires qui ont combattu les terroristes ?

Publié le : 

Publié le : 

Par La Rédaction

Le vendredi 7 février 2020, l’on apprenait que des jeunes volontaires ont tués vingt terroristes à Gargaboulé dans la zone de Pobé-Mengao, région du Sahel, deux corps non identifiés ont aussi été découverts. Cette annonce qui a réjouis plus d’un a aussi suscité des questionnements chez plusieurs personnes. En effet, nombreux sont ceux qui se demandent de quels jeunes volontaires il s’agit ? Est-ce les volontaires de défense de la patrie annoncé par le président Kaboré dont la loi a été adoptée à l’Assemblée nationale le mardi 21 janvier 2020 ? Quand est ce que le recrutement a donc été lancé ? Autant de questions qui méritent effectivement d’être posées au regard de la vitesse des actions entre l’adoption de la loi et les actions sur le terrain.

La riposte contre l’attaque terroriste le 7 février à Gagaboulé a bel et bien eu lieu et conduite par des jeunes volontaires mais ce ne sont pas les volontaires de la défense pour la patrie annoncée par le Président Kaboré, a appris Libreinfo.net de plusieurs sources sécuritaires et locales. Selon nos sources dans certaines localités, les jeunes des villages ont commencé depuis longtemps à s’organiser pour se défendre contre les groupes armés terroristes (GAT) avant l’appel du Président du Faso. Ces jeunes volontaires disent être souvent attaqué par d’autres jeunes des mêmes villages qu’eux.

Quels moyens disposent-ils ?

Ils sont dotés de moyens de ripostes. Ce sont les communautés qui se sont armées de fusils de chasse, de leurs propres moyens de renseignement et de communication. Les sources de Libreinfo.net indiquent qu’ils sont encadrés par des anciens forces de défenses et de sécurité (FDS). De toute évidence les forces de défense et de sécurité n’ignorent pas l’existence de ces jeunes volontaires non officiellement reconnus. Ces jeunes viennent s’ajouter aux groupes d’auto-défense Koglweogo qui traquent depuis quelques temps les terroristes.

Est-ce la résistance populaire ?

Le 5 octobre 2019, l’idée d’un Mouvement de Resistance Populaire naissait à Kongoussi. L’annonce avait été faite par Aly Nana. Selon le coordonnateur Aly Nana, il fallait coaliser les forces avec les FDS contre le terrorisme. Deux mois après soit en décembre 2019, Aly Nana annonçait que le mouvement était présent dans 24 provinces du Burkina et abattrait un travail remarquable aux côtés des forces de défense et de sécurité, des dozos, des koglewéogo, des réservistes, des anciens CDR et autres personnes ressources.

De plus en plus les autorités burkinabè sont convaincues qu’il faut une implication des populations à la base dans la lutte contre le terrorisme. La loi sur le recrutement des volontaires de défense de la patrie adoptée en le mardi 21 janvier 2020 se met en œuvre progressivement. Après son adoption, le gouvernement a pris un décret pour définir les conditions de recrutement et d’encadrement.

Les représailles

Ils sont nombreux à saluer les mesures communautaires, mais la peur de vivre des représailles reste entière. Pour certains, il faut mieux encadrer ce travail de riposte pour ne pas que des communautés s’affrontent. Pire il ne faudrait pas livrer les volontaires aux terroristes. Dans tous les cas ils seront sous le contrôle de l’autorité annonce le gouvernement.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Burkina Faso :  les femmes sont les plus exposées au sous-emploi

Selon le rapport thématique 2023 sur l’ inadéquation entre le chômage et la structure informelle de l’économie burkinabè, les femmes sont les plus exposées...

Burkina : l’économie connaît une hausse de 3,0%

Le conseil des ministres s'est tenu le  22 mai 2024 à Ouagadougou. Il en ressort que l’année 2023 a connu une hausse de croissance...

Sécurité et santé au travail: l’OST échange avec ses partenaires à Bobo Dioulasso

L’Office de santé des travailleurs (OST) a organisé le mercredi 22 mai 2024 à Bobo-Dioulasso, une rencontre d’échanges et d’informations avec ses partenaires. C’est...
spot_img

Autres articles

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...