spot_img
spot_img

Le Balai Citoyen : 10 ans au service du Burkina Faso et de l’Afrique ! (déclaration)

Publié le : 

Publié le : 

LE BALAI CITOYEN : 10 ANS AU SERVICE DU BURKINA FASO ET DE L’AFRIQUE !

 25 août 2013, 25 août 2023, cela fait 10 ans, jour pour jour, que le mouvement Balai Citoyen a été porté sur les fonts baptismaux par des citoyens épris de démocratie, de liberté, de justice sociale et issus de toutes les couches de la société burkinabè.

Mais avant tout propos et par devoir de mémoire, le Balai Citoyen s’incline respectueusement sur la mémoire des martyrs de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ainsi que celle des victimes du putsch du 16 septembre 2015.

Il s’incline également sur la mémoire des milliers de victimes du terrorisme, civiles et militaires et témoigne toute sa compassion aux familles de toutes les personnes disparues, aux victimes de la barbarie humaine dans notre pays.

Nos pensées vont naturellement vers nos camarades, cibals et cibelles, arrachés à notre affection au cours de la décennie. Faut-il encore le rappeler, l’avènement du Balai Citoyen est intervenu dans un contexte particulier de l’histoire de notre pays ; celui de la volonté non dissimulée du pouvoir à vie d’un clan de rapaces politiques qui s’était imposé à notre peuple depuis le 15 octobre 1987.

Cette sinistre ambition s’était manifestée par la velléité de tripatouillage de la Constitution en octobre 2014. Devant cette funeste entreprise, notre peuple, fidèle à sa réputation faite de quête perpétuelle de démocratie et de liberté, s’était dressé comme un seul Homme pour barrer la route à la forfaiture.

Au-delà de cette lutte conjoncturelle livrée aux côtés de diverses autres forces progressistes, le Balai citoyen, conformément à son objectif fondamental qui est l’édification d’une démocratie au service du citoyen, fondée sur les principes de l’État de droit, n’a jamais cessé d’inscrire son action dans cette perspective.

Résolument convaincue que seule une citoyenneté politiquement consciente et engagée constitue le gage d’un progrès durable, notre organisation a résolument inscrit, au cours des dix années écoulées, les mobilisations populaires et activités d’éducation citoyenne dans ses stratégies prioritaires d’actions.

Toutefois, une décennie après, à l’heure de ce bilan d’étape, force est de reconnaître que l’espérance de progrès, de démocratie et de liberté qu’avait suscitée la marche triomphale des 30 et 31 octobre 2014 n’est plus qu’une peau de chagrin, au regard de l’imbroglio politico-sécuritaire que traverse notre pays.

En effet, sans faire preuve de pessimisme, il ne serait pas exagéré de reconnaître que le Burkina Faso fait face à des défis multidimensionnels qui menacent sérieusement ses fondements.

Cette situation qui mine dangereusement son devenir est la résultante de plusieurs décennies de gouvernance et d’aventures politiques. A la suite de l’insurrection populaire, notre peuple avait, à juste titre, nourri une espérance légitime de progrès social fondé sur une gouvernance vertueuse.

Mais, hélas, ce peuple tolérant, qui a absout ceux qui ont contribué 27 années durant à le martyriser, a vite déchanté. Très vite, il s’est rendu compte que le mea culpa à lui servi pour obtenir sa clémence n’était ni plus ni moins qu’une manœuvre politique consistant à maquiller la rapacité politique. Cette imposture s’est soldée par sept (7) années de gouvernance chaotique et désastreuse.

Face à la détresse de notre Peuple, une faction d’opportunistes au sein de l’armée en a profité pour mettre fin brutalement à l’expérience démocratique le 24 janvier 2022 par un coup de force.

Huit (8) mois plus tard, les démocrates sincères qui nourrissaient le secret espoir d’un retour à un ordre constitutionnel dans les meilleurs délais ont malheureusement assisté impuissamment à un autre putsch. Les auteurs de ces deux (2) coups de force ont invoqué la dégradation de la situation sécuritaire pour justifier leur intrusion incestueuse dans l’arène politique.

Cependant, sans nier les efforts consentis pour le retour de la sécurité, force est de constater que la situation sécuritaire est loin d’être reluisante. Au regard de la dégradation chronique de la situation et de l’urgence d’abréger les indicibles souffrances de notre peuple, le Balai Citoyen interpelle les autorités en place sur leur responsabilité historique.

Il les invite instamment à se départir courageusement de leur vision manichéenne de notre peuple faite de « patriotes » et d’ « apatrides » et à s’inscrire résolument dans la perspective de le rassembler dans toute sa diversité d’opinions.

Aussi, le Balai Citoyen dénonce sans réserve et condamne fermement les nombreuses restrictions de l’espace civique, des libertés individuelles et collectives auxquelles on assiste et rappelle opportunément aux autorités leur devoir de garantir l’exercice de ces libertés à tous citoyens dans le cadre des lois en vigueur.

Aucun pouvoir, aucun aventuriste politique, fut-il militaire, ne peut dénier à notre peuple sa capacité et sa volonté de jouir pleinement de ses droits fondamentaux en matière de liberté et d’expression de sa citoyenneté. Les auteurs et complices de telles forfaitures le payeront cash et l’histoire nous instruit énormément sur la question.

Enfin, le Balai Citoyen demeure persuadé que l’ultime solution à la décadence de notre pays réside dans l’intelligence collective de notre peuple. De ce point de vue, il appelle les autorités en charge de notre destin commun à créer les conditions objectives d’un cadre de dialogue républicain sincère, loin des considérations de tous ordres contraires à la marche vers le salut de la patrie en proie au péril sécuritaire et humanitaire.

Nous rappelons l’appel que nous avons lancé, au travers d’un forum citoyen le 23 décembre 2022, pour l’organisation d’une conférence nationale souveraine. Il s’agit pour nous d’envisager la Transition comme opportunité de refondation de la Nation burkinabè et la conférence nationale souveraine comme alternative crédible de promotion des « bonnes pratiques », de valeurs positives au niveau de tous les acteurs. Seule la voie du rassemblement de toutes/tous et de l’unité nationale dans la justice nous permettra de triompher de cette difficile épreuve.

Merci à tous ceux qui nous donnent la force de démontrer chaque jour notre engagement pour le Burkina Faso et l’Afrique.

Félicitations à tous les camarades, sympathisants, militants, tout comme ceux qui portent des responsabilités au quotidien dans la coordination de nos activités d’éveil des consciences et d’éducation populaire.

En avant pour la mobilisation populaire dans les combats actuels et futurs.

Ensemble, faisons du Burkina Faso, une société juste et intègre dans un État de droit démocratique, comme le stipule notre vision.

Bonne célébration des 10 ans de notre organisation à toutes les cibelles, cibals et sympathisants du Balai Citoyen d’ici et d’ailleurs.

Notre nombre est notre force !

Ensemble, on n’est jamais seul !

Pour le Balai Citoyen, la Coordination Nationale.

Lire aussi: Situation socio-politique et sécuritaire au Burkina : le Balai Citoyen annonce une manifestation d’envergure le 19 février 2022

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Mali: décès de l’artiste musicien Toumani Diabaté à 58 ans

Le célèbre artiste musicien malien, Toumani Diabaté est décédé ce vendredi 19 juillet 2024 à Bamako dans la capitale malienne selon sa famille. Par Hakim...

Burkina : Les douanes mobilisent plus de 523 milliards FCFA au 1er semestre 2024

La Direction générale des douanes a mobilisé 523 milliards 858 millions 892 mille 544 FCFA au titre du premier semestre de l’année 2024. Le...

Burkina : Une trentaine de personnes devant le juge pour une affaire de parcelles 

Une trentaine de personnes comparaissent ce 19 juillet 2024 à la session spéciale du Tribunal de grande instance Ouaga I. Composés entre autres de...

Culture: Floby présente son 7e album au ministre d’état

L’artiste chanteur et compositeur burkinabè Floby a été reçu en audience, jeudi 18 juillet 2024 à Ouagadougou, par le ministre d'État, ministre de la...

Burkina : Pas de liberté provisoire pour Marcel Tankoano et autres

La Cour d'appel de Ouagadougou a rejeté ce 19 juillet 2024 les demandes de mise en liberté provisoire formulées par les avocats de Marcel...
spot_img

Autres articles

Mali: décès de l’artiste musicien Toumani Diabaté à 58 ans

Le célèbre artiste musicien malien, Toumani Diabaté est décédé ce vendredi 19 juillet 2024 à Bamako dans la capitale malienne selon sa famille. Par Hakim...

Burkina : Les douanes mobilisent plus de 523 milliards FCFA au 1er semestre 2024

La Direction générale des douanes a mobilisé 523 milliards 858 millions 892 mille 544 FCFA au titre du premier semestre de l’année 2024. Le...

Burkina : Une trentaine de personnes devant le juge pour une affaire de parcelles 

Une trentaine de personnes comparaissent ce 19 juillet 2024 à la session spéciale du Tribunal de grande instance Ouaga I. Composés entre autres de...

Culture: Floby présente son 7e album au ministre d’état

L’artiste chanteur et compositeur burkinabè Floby a été reçu en audience, jeudi 18 juillet 2024 à Ouagadougou, par le ministre d'État, ministre de la...

Burkina : Pas de liberté provisoire pour Marcel Tankoano et autres

La Cour d'appel de Ouagadougou a rejeté ce 19 juillet 2024 les demandes de mise en liberté provisoire formulées par les avocats de Marcel...