spot_img
spot_img

Burkina : A Titao (Loroum), les gens mangent « des choux et des fruits du nénuphar» pour survivre, s’indigne un habitant

Publié le : 

Publié le : 

La faim fait ses effets à Titao, chef-lieu de la province du Lorum, région du Nord du Burkina. Le 6 janvier 2023, des sources locales contactées par Libreinfo.net déclarent qu’il n’y a rien comme vivres à acheter dans cette localité. Les populations sont réduites à manger des produits maraîchers pour survivre.

Par Nicolas Bazié

Les populations de Titao croupissent dans la faim depuis environ quatre mois aujourd’hui selon des informations recueillies par Libreinfo.net. Elles « meurent de faim ».

Le dernier ravitaillement dans cette partie du Burkina Faso remonte au 10 septembre 2022. Depuis lors, la nourriture y est devenue rare.

Un habitant de la ville de Titao, sous le couvert de l’anonymat explique : « Aujourd’hui (vendredi 6 janvier, ndlr), c’est le marché de Titao. A l’heure où je vous parle, il n’y a pas de vivres. Le marché est à sec, au vrai sens du terme. Même le sel et l’allumette ont disparu de Titao. Nous allumons le feu à l’aide de pierres blanches comme dans les temps anciens. Ce n’est que les choux et les fruits du nénuphar que l’on peut trouver aujourd’hui à mettre sous la dent ».

Cet habitant qui, visiblement, est dépassé par cette situation poursuit : « À Titao, il y a exactement 73 978 personnes déplacées internes et 21043 personnes hôtes. Toutes ces personnes ont faim. Personne ne peut encore aider l’autre. »

Il affirme que la situation est intenable et que, du fait de l’insécurité, les paysans n’ont pas pu cultiver cette année.

Titao est une localité coupée des autres zones de la région. Selon notre source, il est quasi-impossible de sortir de la ville et de se déplacer sur une distance de plus de 5 km.

« Si tu oses le faire, tu ne vivras plus. On a l’impression que la ville est encerclée. Ce qui fait qu’on ne peut pas aller dans une autre localité pour se procurer ce dont on a besoin » affirme notre source.

Dans Titao, «ville de la mare au phacochère», les regards sont tournés vers Dieu : « Nous sommes terrés chez nous, espérant que Dieu nous vienne en aide.»

Joint aussi au téléphone par Libreinfo.net, une autre source locale confirme que le sel, le savon, le sucre, le riz, bref les céréales, sont des produits de luxe actuellement.

« Titao agonise » fait-elle savoir. Elle dit reconnaître que des ONG et certaines institutions internationales tentent par tous les moyens de sauver les populations mais cela ne résorbe pas suffisamment la souffrance de celle-ci.

Lassés d’attendre des ravitaillements, certains disent ne plus avoir suffisamment de forces pour supporter l’attente : « C’est très compliqué. Cette situation ne donne pas envie à la population de rester résiliente. Titao est toujours là parce qu’il y a des humains. Mais, avec ce que les gens subissent, chacun est tenté de quitter la ville à ses risques et périls. Nos autorités doivent consentir beaucoup d’efforts pour rassurer les populations ».

La seule alternative qui reste actuellement à Titao est la culture des produits maraîchers et l’élevage à minima parce qu’il n’y a pas de nourriture pour les animaux conclut notre source.

Titao est frappé de plein fouet par les affres du terrorisme depuis quelque temps maintenant. Certains habitants disent qu’ils n’ont jamais vécu une telle situation de toute leur existence. Plus rien ne va à Titao, la vie y est dure.

Lire aussi: Burkina Faso : Titao, « si les terroristes ne nous tuent pas, c’est la faim qui va finir avec nous», cri de détresse d’une habitante

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Présidence du Faso: création d’un comité anticorruption

Le Président du Faso, le capitaine Ibrahim Traoré a reçu ce mardi 16 juillet 2024 des mains de son directeur de cabinet et plusieurs...

Prise en charge des personnes déplacées internes au Burkina : 5,2 milliards de FCFA pour la construction de 1 000 logements

Le gouvernement burkinabè a lancé ce 12 juillet 2024, à Nagréongo dans la région du Plateau Central, un projet de réalisation de 1000 logements....

Burkina: Oméga Médias condamne «l’enlèvement» de Alain Alain

Dans un communiqué, la Direction générale de Oméga Médias informe de «l’enlèvement» de son journaliste Alain Alain au petit matin de ce 13 juillet...

Burkina/Éducation: «il y aurait un début de formation militaire, civique et patriotique au primaire», Président Ibrahim Traoré

Le président du Faso Ibrahim Traoré a annoncé jeudi lors d'une rencontre avec les forces vives de la nation, une insertion de la formation...

[Interview] : «L’impact de la crise sécuritaire sur les femmes minières est palpable »Lucie Kabré, présidente de l’AFEMIB

L' Association des femmes du secteur minier du Burkina (AFEMIB) œuvre pour la promotion du genre dans le secteur minier. Le 15 juin 2024,...
spot_img

Autres articles

Burkina: L’État a mobilisé plus de 1 000 milliards FCFA de recettes à fin mai 2024

A fin mai 2024, les recettes mobilisées s’élèvaient à 1 168,6 milliards de FCFA, en légère hausse de 1,3% (+14,5 milliards de FCFA) par...

Burkina/Mines : Asara Resources cède deux projets aurifères à BIC West Africa

Le 15 juillet 2024, la société Asara Resources, spécialisée  dans l'exploitation d’or en Afrique de l'Ouest, a publié un document dans lequel elle a...

Croissance économique du Burkina:  augmenter la productivité agricole

La Banque mondiale a publié deux rapports, en lien avec l'économie burkinabè, où  elle a formulé aussi des recommandations pour mieux orienter la croissance...

Burkina : l’École primaire de Doudoulcy célèbre l’excellence

L’École primaire de Doudoulcy, dans la commune rurale de Didyr, province du Sanguié, région du Centre-Ouest du Burkina a célébré pour la première fois,...

Présidence du Faso: création d’un comité anticorruption

Le Président du Faso, le capitaine Ibrahim Traoré a reçu ce mardi 16 juillet 2024 des mains de son directeur de cabinet et plusieurs...