spot_img
spot_img

Chine : la protection de l’environnement, une politique d’État assumée 

Publié le : 

Publié le : 

Les Chinois semblent faire de la protection de l’environnement une politique d’Etat assumée. Que ce soit à Beijing la capitale de Chine, Changsha chef-lieu de la province du Hunan ou Hengyang toujours dans la province du Hunan, l’harmonie entre les humains et la nature est assez palpable. 

Par Nicolas Bazié depuis Beijing, Chine

Au pied des gratte-ciels qui s’étendent à perte de vue dans les nuages, les autorités chinoises font planter et entretenir des milliers d’arbres pour rendre les villes verdâtres.

Gratte-ciel à Beijing, capitale de Chine
Gratte-ciel à Beijing, capitale de Chine

Une révolution verte qui, visiblement, crée une coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature.

L’engagement est tel que la Chine pourrait être un exemple en matière d’environnement, au point d’imposer une écologie politique à tout le monde.

Presque toutes les rues de Beijing, de Changsha, de Hengyang, etc. sont bordées d’arbres.

À cela s’ajoutent les airs protégées. Des tunnels sont creusés dans les montagnes sans une destruction remarquable des arbres, pas d’ordures dans les villes bref, tout porte à croire que la protection de l’environnement est une affaire d’État en Chine.

C’est ce que le président chinois Xi Jinping a appelé « la civilisation écologique ». C’est un concept inscrit dans la constitution en 2018. Son objectif : créer l’harmonie entre les humains et la nature et réaffirmer l’objectif de neutralité carbone pour 2060.

Dans son discours prononcé, le 28 août 2020, lors de la 7e session de la commission centrale des affaires financières et économiques, le chef de l’État a estimé que « l’homme et la nature constituent une communauté de vie, l’homme doit respecter la nature, vivre en conformité avec elle et la préserver ». 

« Nous devons améliorer la planification de l’espace territorial, définir la ligne rouge écologique, accélérer la formation d’un système des airs protégées, améliorer le réseau de protection de la biodiversité est limiter de manière rationnelle l’espace des activités socio-économiques», soutient-il dans son livre intitulé : « Xi Jinping », la gouvernance de la Chine IV. 

Clémence Tuina est une journaliste burkinabè présente à Beijing dans le cadre d’un séminaire de formation organisé par le ministère chinois du Commerce.

S’il y a une chose qui retient son attention depuis son premier jour en Chine, c’est bien le fait que «les infrastructures se fondent dans la nature». 

Clémence Tuina
Clémence Tuina

« Ce qui capte mon attention, c’est de voir qu’on modernise toutes les villes et à côté, on respecte l’environnement, on permet à la nature de s’exprimer», déclare la journaliste qui dit avoir l’impression qu’il y a une compétition entre les arbres et les buildings.

Pour Clémence Tuina, c’est une politique environnementale qu’il faut saluer. Et d’inviter les autres pays comme le Burkina Faso à emboîter le pas.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...
spot_img

Autres articles

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...