Home A la une Burkina élections : La mission d’observation de la CEDEAO à la rencontre...

Burkina élections : La mission d’observation de la CEDEAO à la rencontre des cellules de veille électorale

3
0

Après la première étape qui a démarré à 6h et consacré au constat de l’ouverture des bureaux de vote, la mission d’observation de la CEDEAO a débuté la 2e étape consacrée à la visite des cellules de veille. Les rapports de ces cellules montrent un démarrage effectif du scrutin. Cependant quelques insuffisances ont été signalées. La mission est dirigée par Komara Kabiné, ancien premier ministre de la Guinée Conakry.

Par Etienne Doly, stagiaire

La mission d’observations de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDAO) a entamé la 2e étape de sa caravane de presse pour la surveillance. Elle s’est d’abord rendue à Palace Hôtel où est abritée sa cellule de veille électorale. Selon le bilan de cette équipe de veille (6h-11h), les élections se déroulent bien sur l’ensemble du territoire selon les rapports des observateurs sur le terrain. Les observateurs de la CEDEAO constitués de 38 équipes sont répartis sur des 13 régions du pays.

La deuxième cellule de veille électorale visitée par la mission est celle de la Convention des Organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (Codel). Elle est logée à Splendide Hôtel et pilotée par le Dr Abdoul Karim Saidou. Le rapport de cette cellule montre une satisfaction du déroulement du scrutin en dépit de quelques incidents signalés. « A ce stade de la mi-journée nous avons constaté un démarrage pacifique dans l’ensemble des bureaux de vote », a indiqué Lydia Zanga, secrétaire exécutif.

Les incidents relevés sont liés à la non ouverture de certains bureaux de vote dans la région de l’Est pour des raisons sécuritaires et le manque de matériel de vote, ont rapporté les observateurs.  « Il y a des bureaux qui n’ont pas été ouvert pour des rumeurs d’attaques. Les gens ont appris que des individus non-identifiés auraient menacés de s’en prendre aux électeurs. Donc pour des raisons de sécurité, on a estimé nécessaire de ne pas ouvrir les bureaux de vote », a expliqué Dr Saidou.

La CODEL à déployée 3800 observateurs sur l’ensemble du territoire qui sont chargés de relayer tout dysfonctionnement, tout incident constaté sur le terrain.  « Des dysfonctionnements nous sont relayés. Il s’agit du manque de matériel surtout dans la province des Banwa et dans certaines localités à Ouagadougou. Nous avons aussi constaté dans la région de l’Est dans la Tapoa, qu’ il y a deux bureaux de vote qui n’ont pas pu ouvrir pour des raisons de sécurité », a précisé Lydia Zanga.

La dernière cellule de veille qui a reçu la visite de la mission d’observation de la CEDEAO, est celle logée à Bravia Hôtel. Elle est constituée des ONGs comme WANEP, DIAKONIA, COSEF… Là,on a constaté la présence des représentants de la communauté musulmane, du Moogho Naba… Les incidents relevés sont liés au non-respect du protocole sanitaire.

Les différents incidents relevés sont rapportés aux responsables du processus électoral qui tentent d’y trouver des solutions.

www.libreinfo.net