Home Culture Burkina Faso : 30e anniversaire de Jazz à Ouaga, « nous sommes...

Burkina Faso : 30e anniversaire de Jazz à Ouaga, « nous sommes très contents d’avoir pu participer à ce festival », Diontilo William

0

Depuis le 27 avril 2022, le festival Jazz à Ouaga est rythmé par des prestations d’artistes venus d’horizons divers. Au 5e jour de la célébration du 30e anniversaire de ce festival, Libre info est allé constater l’ambiance qui est autour de l’évènement. 

Par Nicolas Bazié

Jazz à Ouaga, c’est 30 ans au cœur de la promotion de la musique et de la culture. L’Institut français et la Place de la nation de Ouagadougou, sont les lieux prévus pour la célébration de cet anniversaire.

Jeudi 5 mai 2022, il est 20h03 minutes et nous sommes à l’Institut français de Ouagadougou. A l’intérieur, guitariste, pianiste et batteur créent de la musique, au grand bonheur de ceux qui y ont fait le déplacement, en attendant le show proprement dit.

Assi ou débout, en tout cas, chaque spectateur a trouvé une bonne position pour observer le spectacle qui s’offrait à lui, avec bien-sûr une collation selon le désir de chacun.

Ce festival est une occasion en or pour les exposants. Biscuits, caramel, chocolat sont étalés sur des tables, pour ceux qui veulent s’en procurer. En plus, que l’on veuille s’acheter à manger ou à boire, tout est prévu pour l’occasion.

À 20h30, les amoureux du Jazz ont commencé à faire leur entrée à l’Institut, direction le grand Méliès, une grande salle de spectacle aménagée pour les prestations d’artistes. Les choses sérieuses semblent vouloir commencer.

Nous entrons dans la salle de spectacle, grande d’environ 600 places. Nous nous asseyons à la première place pour ne rien rater.

Le maître de cérémonie nous confie que c’est l’artiste musicienne togolaise Otoufo et la Tchadienne Adama Victorine qui sont programmées pour faire découvrir leurs talents.

Il est 21h11, quand la balle des prestations est lancée. C’est la Togolaise Otoufo qui preste en première position. D’une voix pressante, et mélodieuse, l’artiste a tenu en haleine le public. « Africayé, Africayé… », sont entre autres les mots prononcés, visiblement pour rendre hommage au continent africain ainsi qu’à ces grandes stars de renom tels que Papa Wemba, Manu Dibango et bien d’autres .

Elle chante en langue locale togolaise, mais nous constatons que cela n’est pas un souci, puisque tout le monde applaudissait l’artiste, qui aussi, est déterminée à montrer ce qu’elle sait faire.

Sous les regards appréciateurs d’une centaine de personnes, Otoufo a esquissé des pas de danse en toute douceur sur le podium. Au bout d’une trentaine de minutes de prestation, elle avait conquis le public.

Après Otoufo, c’est le tour de la Tchadienne Adama Victorine de monter sur le podium. Nous remarquons que beaucoup de ses compatriotes vivant au Burkina Faso ont tenu à venir la soutenir. « Nous sommes venus soutenir notre compatriote », nous dit Cryspin Laoundiki, avant le début du concert.

Sur scène, la qualité de la voix de Adama Victorine a, visiblement, séduit plus d’un. Bien élancée dans sa robe rouge, et avec l’aide de son fanfariste et de ses deux guitaristes, elle a su montrer qu’entre le Jazz et elle, c’est une histoire d’amour qui les lie.

Après sa prestation, son manager accepte de discuter avec nous. Il se nomme Diontilo William. « Nous sommes très contents d’avoir pu participer au festival Jazz à Ouaga », dit-il. Il ajoute en ces termes : « C’est une belle expérience pour nous qui avons commencé en 2016 et aujourd’hui, nous nous retrouvons sur une scène où il y a plusieurs têtes venues de différents pays ».

Au public, Diontilo William dit le remercier. « Nous sommes satisfaits, parce que le public a jugé bonne notre prestation », a lancé le manager de l’artiste Adama Victorine.

La clôture de la célébration du 30e anniversaire de Jazz à Ouaga est prévue pour le samedi 7 mai 2022.

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
6 + 27 =