Home Société Burkina Faso/ 35e anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara: « L’heure est...

Burkina Faso/ 35e anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara: « L’heure est venue pour les anciens qui ont encore la chance d’être de ce monde, de passer le relais à la jeunesse» Pierre Ouédraogo CIMTS

0
35e anniversaire de l'assassinat de Thomas Sankara
Présidium Comité international du Mémorial Thomas Sankara

En prélude au 35e anniversaire de l’assassinat du capitaine Thomas Sankara le 15 octobre 2022, le Comité international du Mémorial Thomas Sankara a tenu une conférence de presse le 13 octobre pour faire le point des préparatifs.

Par Nicolas Bazié

Le 35è anniversaire de l’assassinat du père de la révolution burkinabè Thomas Sankara est commémoré sous le thème: « Passer le flambeau de la révolution à la jeunesse».

Ce thème vise à montrer que « L’heure est venue pour les anciens qui ont encore la chance d’être de ce monde, de passer le relais à la jeunesse» à en croire le président du Comité international du mémorial Thomas Sankara le colonel à la retraite Pierre Ouédraogo car « La jeunesse est restée combattante et a épousé l’idéal de Thomas Sankara», dira Jean Hubert Bazié, chargé de communication du Comité international du Mémorial Thomas Sankara.

« Il y aura donc le 15 octobre, une remise de flambeau à l’endroit où Thomas Sankara a été tué, pour que l’histoire continue, pour que la lumière puisse toujours éclairer» a indiqué le colonel à la retraite, Pierre Ouédraogo, par ailleurs président du Comité international Mémorial Thomas Sankara.

La commémoration se fera cette année de façon sobre en deux étapes: un dépôt de gerbe de fleurs suivi du recueillement au pied de la statue de Thomas Sankara selon les explications des responsables du Comité.

Pour Jean Hubert Bazié, le procès étant derrière tout le monde, il s’ouvre pour tous, un grand chantier de réhabilitation de la mémoire de la révolution.

« C’est un chantier qui sera jalonné par des campagnes de collecte d’archives, d’ enregistrement de témoignages, de productions de supports de diffusion des idées de la révolution pour la nouvelle génération», précise le colonel à la retraite Pierre Ouédraogo.

Lire aussi: Burkina Faso : Thomas Sankara ne voulait pas « que la misère soit pour les uns et la joie pour les autres», Raymond Train Poda

www.libreinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
9 + 15 =