Home Société Burkina Faso : à Yaoghin Nord (Ouagadougou), un litige foncier oppose un...

Burkina Faso : à Yaoghin Nord (Ouagadougou), un litige foncier oppose un fondateur d’école aux habitants

0

Les habitants de Yaoghin Nord se sont mobilisés devant la Brigade de gendarmerie de Boulmiougou (Ouagadougou) ce 28 mars 2022. La raison évoquée, c’est que leurs voisins auraient été interpellés, suite à une mésentente foncière avec un propriétaire d’école. Certains ont été relâchés mais un des leur est toujours dans les mains de la gendarmerie. Ils demandent donc sa libération. Il est reproché  à ce dernier d’arracher les bornes qui avaient été fixées, pour délimiter la superficie sur laquelle le propriétaire en question peut étendre son établissement. Le soucis selon les manifestants, c’est que cela va contraindre certaines personnes à quitter leurs terrains d’habitation.

Par Rama Diallo

Plusieurs personnes ont fait irruption devant les locaux de la gendarmerie de Boulmiougou, pour demander la libération de leur voisin. Un litige foncier les opposant au fondateur du lycée privé  polytechnique du Kadiogo Mahamadou Sougré, a suscité l’intervention des gendarmes.

L’affaire est survenue en octobre 2020, selon le porte parole des riverains, Kalidou Traoré. Et le 26 mars 2022, près de dix cargos de la gendarmerie de Boulmiougou ont encerclé le quartier Yaoghin, empêchant les riverains de vaquer à leurs occupations.

Ainsi, sous la protection des gendarmes, des topographes ont procédé au bornage des concessions. Après leur départ, les habitants de la zone ont déterré les bornes et ils sont allés manifester sur la route nationale (RN n°1), nous explique le porte-parole.

Dans son récit, Kalidou Traoré a fait savoir que les gendarmes sont allés sur la RN1 pour gazer les manifestants. C’est alors que trois manifestants ont été arrêtés. Deux ont été relâchés. Et un est toujours en garde à vue. Ce qui n’a pas été du goût de ces habitants qui ont dû sortir de leurs concessions, pour manifester. Cependant, le commandant de la Brigade a promis de le libérer aujourd’hui.

Le porte-parole des riverains poursuit en signifiant qu’ils n’ont pas saisi la justice parce que la zone est un non-lotie. Et de préciser qu’une délégation des riverains a tenté de rentrer en contact avec le maire de l’arrondissement 3, pour trouver une issue favorable.

Mais le maire n’avait répondu à leur sollicitation qu’une seule fois. Elle aurait envoyé un conseiller et deux policiers dans le quartier pour faire un constat. Après cela, personne n’a été reçues par l’autorité.

Contacter par Libreinfo, afin d’avoir sa version des faits, Mahamadou Sougré qui est le propriétaire de l’école à polémique a refusé catégoriquement de réagir.

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
27 + 30 =