Home Sécurité Burkina Faso : abandon du centre médical de Falangoutou (Seno), des volontaires...

Burkina Faso : abandon du centre médical de Falangoutou (Seno), des volontaires soignants au secours de la population 

0
Commune de Falagoutou
M. Saïdou Maïga, ancien député maire de la commune de Falangoutou, dans la province du Séno, région du Sahel au Burkina Faso

La dégradation de la situation sécuritaire dans la commune de Falangoutou, province du Seno, région du Sahel a causé le départ de l’administration publique selon l’ancien député maire M. Saidou Maiga. A ce jour, ce sont des jeunes volontaires soignants qui volent au secours de la population, dit-il.

Par Elza Nongana

Situé à 54 km de la ville de Dori, chef-lieu de la région du Sahel, la commune de Falangoutou est difficile d’accès au regard de la situation sécuritaire marquée par des attaques terroristes. Selon M Saidou Maiga, tout est en suspens et il n’existe plus d’autorité administrative dans la commune. « Vous n’avez aucun enseignant sur le territoire communal. Les CSPS sont fermés sauf le centre médical de falangoutou ». 

Et d’après l’ancien député maire de la commune, des volontaires avaient été déjà formés dans le domaine de la santé pour faire face à la situation sécuritaire. « Heureusement que le centre médical a été repris par des volontaires de la santé. Et ces volontaires sont des fils et filles de Falangoutou que nous avons anticipé pour former depuis 2016-2017 dans les écoles de santé. C’est eux qui ont courageusement décidé de retourner à Falangoutou pour soigner les gens sinon tous les fonctionnaires ont quitté ». 

A l’en croire, l’Etat aurait abandonné la commune par cas de force majeure. « Quand vous quittez Dori pour aller atteindre Falangoutou, c’est très difficile. Beaucoup de gens sont morts sur la route parce que y a des attaques ». 

Falangoutou est l’une des communes qui dispose de grosses ressources financières grâce au fond minier de développement local (FMDL) et aux différents partenaires dont elle dispose. Et pour l’ancien maire, ses ressources ne peuvent être investi seulement dans le fonctionnement mais aussi dans l’investissement. 

Lire aussi: Burkina /Politique: Affaire de 13 milliards FCFA détournés à Falangoutou, « Je n’ai absolument rien à cacher» clame M. Saïdou Maïga, ancien maire.

Mais pour l’heure, aucun investissement n’est envisageable avec le contexte sécuritaire. M Saidou Maiga espère par ailleurs qu’avec le recrutement des Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) la situation va se stabiliser. 

www. libreinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
14 − 5 =