Home Société Burkina Faso : Demande de pardon, « Sincèrement, je me demande si...

Burkina Faso : Demande de pardon, « Sincèrement, je me demande si cette lettre vient de Blaise lui-même », Mariam Sankara

0
Mariam Sankara Lettre Blaise
Mariam Sankara, veuve du président Thomas SANKARA

Quarante-huit heures après la lecture de la lettre de l’ancien président du Faso Blaise Compaoré, dans laquelle il demande pardon au peuple burkinabè et à la famille de Thomas Sankara assassiné en octobre 1987, Mariam Sankara a réagi. Contactée par nos confrères de Jeune Afrique, la veuve du Président Thomas Sankara dit douter « de l’authenticité de cette lettre ».

Par La Rédaction

« Je doute de l’authenticité de cette lettre car, comme je vous l’ai dit, Blaise a eu l’occasion de demander pardon depuis longtemps. Il ne l’a pas fait. Il est venu récemment à Ouagadougou. Tout le monde l’a vu. Il aurait pu parler. Mais il n’a rien dit du tout », confie Mariam Sankara, dans une interview réalisée par le Journal Jeune Afrique.

La veuve du père de la révolution dit être surprise de la demande de pardon de celui-là même qui a été condamnée à perpétuité dans l’assassinat de son époux. « C’est à ma grande surprise que j’ai appris, par la presse, que Blaise Compaoré a demandé pardon au peuple burkinabè et à la famille de son ‘’ami et frère’’ Thomas Sankara », a-t-elle dit. 

Une surprise qui ne l’a pas empêché d’émettre des doutes sur la provenance de la lettre. « Sincèrement, je me demande si cette lettre vient de Blaise lui-même. Depuis 1987, il a eu l’occasion de demander pardon à maintes reprises. Mais il est resté impassible. Il aurait pu venir au procès reconnaître sa responsabilité et demander pardon mais il n’a rien fait. Lors de son dernier séjour à Ouagadougou, début juillet, il aurait pu s’adresser aux Burkinabè mais non, il n’a rien fait », soutient Mariam Sankara qui vit depuis plusieurs années en France avec ses deux enfants.

Elle est convaincue que : « le pardon ne se décrète pas. Quand on a commis un acte et qu’il a été jugé, si on le reconnaît, on se rend à la justice. À ce moment, peut-être que le pardon aurait pu être accepté par les victimes. En reconnaissant ses actes et en acceptant la justice, il aurait vraiment montré qu’il se repent. Mais demander pardon comme ça, alors qu’on ne sait même pas si c’est vraiment lui qui demande… »

Lire aussi: Burkina Faso: « Blaise doit passer par la prison», Mariam Sankara, veuve du Président Thomas Sankara 

www.libreinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
33 ⁄ 11 =