Home Politique Burkina Faso : des réformes en perspective dans la classe politique, selon...

Burkina Faso : des réformes en perspective dans la classe politique, selon le président Damiba

0
Reformes au sein de la classe politique
Le Président Paul Henri Damiba lors de son adresse à la nation le 4 septembre

Le président de la Transition Paul Henri Damiba s’est adressé à la nation le 4 septembre 2022, depuis le gouvernorat de Dori, chef-lieu de la région du Sahel. Le chef de l’État a déploré le fait que certaines personnes « peignent tout en noir» dans cette lutte contre le terrorisme. Des réformes vont se faire au sein de la classe politique si on croit à son discours.

Par Nicolas Bazié

Le président Damiba n’est pas allé du dos de la cuillère pour dénoncer, dans son message à la nation, des comportements qu’il jugent «contre productifs», dans le contexte actuel du pays.

«Certains d’entre vous, par émotion ou par impatience, succombent rapidement à la tentation de tout remettre en cause lorsque survient un coup dur», a déclaré le chef de l’État.

Le président de la Transition ne s’arrête pas là, il va employer d’autres mots durs pour se faire entendre. Il soutient : « D’autres par contre, par ignorance ou par mauvaise foi manifeste, préfèrent ne voir que les coups durs, jetant aux oubliettes les efforts de nos Forces et ceux de nos vaillantes populations qui ont permis à notre Nation de rester débout».

«Jeter aux oubliettes les efforts des FDS», c’est justement ce que celui-là même qui a renversé le régime de Roch Kaboré un certain 24 janvier ne semble pas du tout admettre. Il prévoit ainsi des réformes. Des changements qui vont selon lui s’opérer « au niveau de la classe politique qui a plus une allure anarchique que d’espaces de propositions ».

Pour Paul Henri Damiba, il faut oublier les «rancœurs». « Faisons l’effort de retrouver nos valeurs. Franchissons le pas pour oser reparler à l’autre, malgré la douleur et les rancœurs. Il n’existe aucun autre chemin pour enrayer l’engrenage de violences qui nous endeuille quotidiennement. Tôt ou tard, il faudra emprunter ce chemin», a-t-il fait comprendre.

Dans la classe politique, il est à noter que si certains reconnaissent que les choses bougent sur le terrain dans la lutte contre le terrorisme, d’autres par contre, ne tardent pas à «tirer à boulets rouge », sur la gestion des autorités actuelles du pays.

www.libreinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
28 + 14 =