Home Sécurité Burkina Faso : destruction d’infrastructures par les terroristes, un signe de leur...

Burkina Faso : destruction d’infrastructures par les terroristes, un signe de leur désorganisation, selon Damiba

0
bilan de cinq mois
Image illustrative

Le président de la Transition Paul-Henri Damiba a dressé un bilan après cinq mois de combat pour la reconquête du territoire. Au cours de son discours, il a laissé entendre que la destruction d’infrastructures, les menaces ou les attaques contre les populations témoignent d’une tentative désespérée des terroristes de se réorganiser.

Par Daouda Kiekieta

Outre les dynamitages récurrents des infrastructures routières, les groupes armés terroristes sabotent de plus en plus les infrastructures administratives et des dispositifs de l’armée. Pour Paul-Henri Damiba, ces actes de chantages sont des actions d’éclat menées par des groupuscules de terroristes qui tentent désespérément de se réorganiser.

“Dans une tentative désespérée de se réorganiser, les terroristes procèdent désormais par groupuscules, misant sur des actions d’éclat comme la destruction d’infrastructures, les menaces ou les attaques contre les populations, pour maintenir l’illusion qu’ils gagnent du terrain”, affirme-t-il.

Selon le Président Damiba, cette “désorganiser le dispositif ennemi”, a été rendu possible grâce “l’intensification des actions offensives”.

“Les actions offensives évoquées ont été rendues possibles, grâce à l’amélioration du dispositif de renseignement, plus précis, plus réactif et plus flexible. Cela a considérablement affiné les opérations de ciblage qui ont permis la neutralisation de plusieurs chefs terroristes locaux”, soutient-il.

Parmi les actes de sabotage des infrastructures par les terroristes, on note le dynamitage à deux reprises du pont de Naré, liant la capitale (Ouagadougou)  à Dori, chef-lieu de la région du Sahel. 

Dans la nuit du 25 au 26 août dernier, la Brigade de gendarmerie de la ville de Houndé, province de Tuy, a été incendiée et le Peloton de surveillance et d’intervention de gendarmerie (PSIG) saccagé par des hommes armés.

Cette attaque intervient quelques jours après que des hommes armés ont sillonné plusieurs villages de la province sans être inquiétés.

Si les actes de vandalisme de la part des terroristes sont signe de leur désorganisation comme le prétend le Président Damiba, comment se fait-il que des hommes armés paradent dans certaines localités sans la moindre résistance de l’armée burkinabè ? 

www.libreinfo.net 

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =