Home Société Burkina Faso : des historiens se penchent sur la place du pays...

Burkina Faso : des historiens se penchent sur la place du pays en Afrique et dans le monde

0
échiquier mondial
Présidium lors du colloque sur la place du Burkina Faso sur l’échiquier mondial

Le département d’histoire et archéologie de l’Université Joseph Ki-Zerbo et l’Association des historiens du Burkina organisent les 23, 24 et 25 novembre 2022 à Ouagadougou, un colloque sur la place du Burkina Faso sur l’échiquier mondial. Plus de 90 communicateurs venus du Canada, de la France, du Mali, de la Guinée, du Togo et de la Côte d’Ivoire vont se pencher sur l’histoire précoloniale à nos jours, en vue d’appréhender la dynamique actuelle du pays.

Par Daouda Kiekieta 

Placé sous le thème, « le Burkina Faso en Afrique et dans le monde », ce colloque se veut un cadre d’échanges scientifiques pour penser à la place et au rôle du Burkina Faso dans le contexte sous-régional, régional et international.

Les travaux de trois jours devraient apporter une contribution conséquente non seulement à la visibilité du Burkina en Afrique et dans le monde, mais aussi apporter des réponses à la situation sécuritaire actuelle. Aussi, à la fin du colloque, les différentes communications seront-elles rassemblées dans un document pour servir de références pour le monde universitaire. “Nous serons fiers de faire paraître un ouvrage en plusieurs tomes qui aura autour de 1500 pages”, a souhaité le Pr Moussa Willy Bantenga, président du comité d’organisation.

échiquier mondial
Pr Moussa Willy Bantenga président du comité d’organisation

Selon Pr Yacouba Zerbo, président de l’Associations des historiens du Burkina, ce cadre d’échanges est plus que propice “pour regarder dans le passé du Burkina Faso, non pas pour simplement le ressasser, mais pour le questionner afin d’y révéler les soubassements du ‘recul diplomatique et les ferments pour un meilleur rayonnement sur la scène sous régionale et internationale”.

Face au phénomène du terrorisme, émaillé de tensions intercommunautaires, cette manifestation scientifique est un moyen de “revisiter cette histoire du Burkina Faso pour mieux comprendre les données politiques, administratives, économiques, sociales, culturelles et environnementales et analyser les enjeux” afin d’apporter une réponse au contexte actuel du pays, selon Pr Jean François Kobiane, président de l’Université Joseph Ki-Zerbo.

échiquier mondial
Participants lors du colloque

Une opportunité pour les étudiant en thèse d’enrichir leur recherche 

A l’ouverture de ce colloque, quelques étudiants en thèse  apprécient positivement l’initiative. C’est le cas de Ribau François, doctorant en histoire africaine à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou et l’un des communicateurs. Pour lui, cette rencontre permettra au participants de “connaître et se servir davantage de l’histoire du Burkina Faso pour mieux relever les défis du moment”.

De son côté, Zakaridia Ouattara, étudiant en 2e année de thèse, entend sortir de ce colloque plus expérimenté. “En tant que doctorant, ce colloque constitue une formation académique pour nous”, a-t-il dit. Et à Rasmané Ouédraogo d’ajouter: “Ce colloque est un tremplin pour nous d’apprendre davantage la science historique auprès de nos enseignants et chercheurs”. « Je souhaite que ce colloque puisse participer au développement de la société burkinabè et de l’Afrique en générale”, poursuit le doctorant Rasmané Ouédraogo. 

échiquier mondial
Zakaridia Ouattara, doctorant en histoire et archéologie, participant au colloque

Environ 140 étudiants sont inscrits en Thèse de Doctorat en Histoire ou en Archéologie à l’Université Joseph Ki-Zerbo.  “Autrement dit, dans les 3, 4 ou 5 prochaines années, nous serons en mesure de mettre à la disposition du pays 140 docteurs en Histoire et Archéologie”, soutient Pr Bantenga.

www.libreinfo.net 

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
26 − 14 =