Home Economie Burkina Faso: «Il ne faut pas ouvrir le sous-sol aux investisseurs sans...

Burkina Faso: «Il ne faut pas ouvrir le sous-sol aux investisseurs sans avoir les moyens de les contrôler», Élie Kaboré

0
secteur minier
Image illustrative

Depuis 2008, le Burkina Faso connait un boom minier qui a attiré de nombreux investisseurs. Mais le pays semble tirer peu profit de l’exploitation de ses ressources du fait du faible niveau de suivi-contrôle. Elie Kaboré, journaliste spécialiste des questions minières et Directeur de publication de Actu-mine.net appelle au renforcement des moyens d’action du ministère des mines.

Par Nicolas Bazié

Le Burkina Faso a mal au contrôle de son secteur minier. C’est ce que pense Élie Kaboré, journaliste spécialiste des questions minières et directeur de publication de Actu-mines.net dans une interview accordée à Libreinfo.net.

« Aujourd’hui, nous sommes à un point critique. Nous avons ouvert notre sous-sol à des investisseurs privés qui sont là, qui créent de l’emploi et nous sommes, à la limite, un État dépendant de cette ressource-là. Que faire? Les chasser avec les Burkinabè qui y sont ? Ou bien faut- il les accompagner ?» s’interroge Élie Kaboré face au dilemme que représente l’exploitation minière.

Pour lui il faut de l’accompagnement, un suivi des activités des sociétés minières ce que l’État ne se donne pas les moyens de faire.

« On a fait la promotion de notre sous-sol, on a adopté des textes qui encadrent le secteur ; maintenant notre problème, c’est le suivi-contrôle et on a l’impression qu’on laisse tout dans les mains du ministère chargé des mines qui est, à la limite, le parent pauvre du gouvernement, qui n’a pratiquement pas les moyens» déplore le directeur de publication de Actu-mine.net.

Il précise que « Le ministère des mines a un budget de 6 milliards F CFA ; si on enlève les salaires, les frais de fonctionnement, le ministère n’a même plus d’argent. Il y a des gens qui manquent même de véhicule tout terrain pour se déplacer et de 4×4 pour aller peser l’or et suivre les expéditions».

Secteur minier
M. Elie Kaboré, Directeur de publication de la revue spécialisée en ligne mines actu-mines.net

Ce manque de moyens fait que l’inspection n’est pas correctement faite. « le ministère peut passer une année sans inspecter une mine. Notre vrai problème se trouve à ce niveau-là. J’accuse le gouvernement. Il ne faut pas ouvrir le sous-sol aux investisseurs sans avoir les moyens de les contrôler».

Pour Élie Kaboré, sans ressources, le ministère des mines ne peut pas faire correctement son travail ce qui donne lieu aux mauvaises pratiques décriées par les popolutions dans l’exploitation minière.

Élie Kaboré se veut clair, le seul responsable dans la perte de ressources dans le secteur minier c’est l’État. Il appelle donc à plus de concertation dans la gestion des mines.

«Il faut plus de concertations dans la gestion des mines. Notre perception des mines doit changer. Aucune société minière ne vient signer un contrat avec le fusil sous la tempe d’un ministre. Il y a un processus qu’on suit. Si les textes ne sont pas bons, il faut les changer, si ce sont les hommes qui gèrent mal, il faut les sanctionner».

www.libreinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
26 × 19 =