Home Société Burkina Faso : La place de la géographie dans le contexte sécuritaire...

Burkina Faso : La place de la géographie dans le contexte sécuritaire en Afrique subsaharienne au cœur d’un colloque à Ouagadougou

0

Le département de géographie de l’Université Joseph Ki-Zerbo (UJKZ) organise un colloque d’hommage, du 24 au 25 mai 2022 à Ouagadougou. Cette rencontre vise à mettre en lumière la contribution de la géographie dans ce contexte de crise climatique et sécuritaire en Afrique subsaharienne. L’ouverture de cet événement a eu lieu le 24 mai 2022 dans l’enceinte de l’université. 200 participants venus de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Sénégal, du Tchad, du Togo, du Bénin, du Cameroun et du Burkina prennent part à cette manifestation scientifique.

Par Daouda Kiekieta

Placé sous le thème : « La géographie au service du développement dans le contexte de crise sécuritaire en Afrique subsaharienne », ce colloque est organisé par le département de géographie de l’Université Joseph Ki-Zerbo en collaboration avec le Laboratoire dynamiques des espace et sociétés (LERMIT) et le Laboratoire d’étude et de recherche sur les milieux et les territoire (LDES).

Il se tient, deux jours durant, dans l’amphithéâtre Bakary Coulibaly de l’Université Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou. Une cinquantaine de communications seront livrées par des conférenciers, notamment, le Pr Tanga Pierre Zoungrana du Burkina, Dr Abdourahmane Sene du Sénégal et Siaka Doumbia de l’Université de Ségou du Mali.

Cette rencontre qui réunit des experts, des universitaires et des étudiants du monde de la science de l’espace, la géographie, est un cadre de débats et d’échanges sur la situation de crise climatique et sécuritaire en Afrique subsaharienne et la contribution de la géographie dans la quête de solutions efficaces au profit des Etats et des communautés confrontés à cette crise.

Burkina colloque
Abdoul Azise Sodoré, président du comité d’organisation du colloque

« Nous avons voulu montrer, dans le contexte sécuritaire, comment les outils de géographie peuvent être un apport certain pour, non seulement la sécurisation des territoires, mais aussi pour la reconquête des territoires », a indiqué Dr Abdoul Azise Sodoré, président du comité d’organisation et chef du département de géographie de l’UJKZ.

Pour Dr Sodoré, les outils, comme le système d’information géographique, la télédétection, peuvent aider les Etats à mieux connaître leur territoire et anticiper sur les questions de conflits et de gestion des ressources naturelles, notamment.

« Nos forces de défense et de sécurité veulent connaître le territoire. La géographie sert à cela. Certains de nos aînés présents sont des spécialistes d’analyse spatiale, de télédétection, etc. », a-t-il ajouté.

Un colloque pour rendre hommage aux « baobabs » du département de géographie

Cette manifestation scientifique a été également une occasion pour les organisateurs de rendre hommage à leurs aînés qui ont porté sur les fonts baptismaux la discipline géographie. Cette initiative est une première fois au sein de ce département.

C’était donc un cadre de retrouvailles et de reconnaissance entre anciens et nouveaux enseignants et leurs étudiants. Au total, huit (08) anciens de la discipline géographie, dont des professeurs titulaires et des docteurs, ont été honorés par une remise d’attestations de reconnaissance. Ces doyens, appelés « baobabs », ont tous une durée de service allant de 26 à 40 ans.

« C’est une merveilleuse initiative riche de symbole de rendre hommage aux aînés qui ont porté sur les fonts baptismaux la science géographique dans toute sa diversité. En leur dédiant cette manifestation scientifique de leur vivant, on pose là un acte hautement humain, par-delà sa dimension académique », s’est réjoui Dr Cyrille Semdé, directeur de l’Unité de Formation et de Recherche en Science Humaine (UFR/SH), co-parrain de la cérémonie d’ouverture.

Dr Honoré Somé, spécialisé dans les domaines de géographie rurale, télédétection et analyse spatiale, est l’un des aînés du département de géographie ayant reçu son attestation de reconnaissance. Il a 40 ans de service. Il se réjouit de l’initiative de ses étudiants. « C’est une très bonne initiative. Que des étudiants de plusieurs générations aient l’idée de rappeler les anciens, cela permet de savoir où a commencé la géographie. Je suis très heureux de cela », a-t-il dit.

Les communications durant ce colloque vont tourner autour de quatre grands axes à savoir, « manifestation des enjeux et défis», « perception, traitement et gestion communautaire de la crise sécuritaire», « stratégies étatiques de lutte contre l’insécurité» et « perspectives de paix et de développement dans le contexte sécuritaire».

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
27 − 17 =