Home Diplomatie Burkina Faso : « la Transition se déroule avec des difficultés mais...

Burkina Faso : « la Transition se déroule avec des difficultés mais nous avons espoir», Président Damiba 

0
Paul Henri Damiba
Le président e la Transition burkinabè Paul Henri Damiba

Le Président de la Transition du Burkina Faso, Paul Henri Damiba a été reçu au palais présidentiel de Niamey, par le Président du Niger Mohamed Bazoum, le 11 septembre 2022. La lutte contre le terrorisme dans la zone des trois frontières (Mali-Burkina-Niger) a été au cœur des échanges. Après avoir discuté avec son homologue nigérien, le Président Damiba a rencontré la communauté burkinabè vivant au Niger. 

Par Nicolas Bazié

La lutte contre le terrorisme doit impliquer les Burkinabè de l’intérieur, y compris ceux de la diaspora. C’est pourquoi le chef de l’État Paul Henri Damiba s’est entretenu avec la communauté burkinabè vivant au Niger le 11 septembre dernier.

« Je suis venu partager un certain nombre d’éléments avec la communauté burkinabè vivant au Niger », a indiqué le Président.

« Pour le moment, la Transition se déroule avec des difficultés mais nous avons espoir. Nous sommes venus pour faire un travail. Les populations les plus sincères savent qu’un travail est fait sur le terrain. Il y a des résultats que nous arrivons à avoir. Cela est satisfaisant pour nous. Nous avons engagé des actions militaires, mais il y a une nouvelle dynamique que nous avons engagée aussi et qui produit des résultats, à savoir le dialogue avec ceux qui ont pris les armes contre le pays », a confié le chef de l’État Paul Henri Damiba. 

Paul Henri Sandaogo
La communauté burkinabè vivant au Niger

Il a aussi rassuré que la Transition en cours vise uniquement à rechercher la paix et la sécurité pour la mère patrie, le Burkina Faso. « On combat ceux qui ne veulent pas déposer les armes et on invite les autres à venir déposer les armes », déclare-t-il. 

Travailler avec un partenaire capable d’aider à retrouver la paix

Concernant la coopération, le Président de la Transition a réaffirmé que le Burkina Faso a opté de nouer des relations avec tout partenaire capable de l’aider à retrouver la paix et la sécurité. 

Lire aussi: Visite de Paul Henri Damiba au Niger : quand le président Bazoum refuse la tenue militaire

Si plusieurs citoyens soutiennent qu’il faut une coopération avec la fédération de Russie pour mieux lutter contre le terrorisme, le premier ministre Albert Ouédraogo n’est pas favorable à l’intervention d’une armée autre que celle nationale sur le territoire. 

« Il n’est pas question que des troupes étrangères viennent mener le combat à la place de nos forces de défense et de sécurité. Ce qui est important c’est de pouvoir compter sur nos propres forces», a-t-il renchérit le 23 août dernier, lors d’un entretien à la télévision nationale, tout en reconnaissant que beaucoup de choses restent à faire pour que le Burkina Faso se sente mieux.

Paul Henri Damiba
Le premier ministre de la Transition burkinabè Albert Ouédraogo

Le premier ministre avait également évoqué « la liberté d’aller vers le partenariat qui nous arrange, quitte à froisser des partenaires historiques», tout en ajoutant que « les dirigeants ne peuvent pas continuer à rester sourds face aux revendications».

www.libreinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
13 × 2 =