Home Culture Burkina Faso: La web comédie devient de plus en plus une passion...

Burkina Faso: La web comédie devient de plus en plus une passion pour les jeunes

0
web comédie
Gimitri Kaboré, web comédien à Afric Kibaya

La web comédie est un métier en plein essor au Burkina Faso. Plusieurs jeunes s’y donnent en l’occurrence Gimitri Kaboré qui exerce le métier depuis une année à travers sa page Facebook Afric Kibaya. Il parle de son métier à libreinfo.net.

Par Aminata Ouédraogo, stagiaire

Depuis l’avènement des réseaux sociaux, plusieurs jeunes burkinabè se sont lancés dans le métier de la web comédie. Gimitri Kaboré, connu sous le nom de Wendiguété est un jeune web comédien burkinabè. Passionné du comique et de la vidéo dès son jeune âge, M. Kaboré considère la web comédie, comme « un métier à temps plein ».

Pour lui , « Un web comédien est toute personne capable de faire sourire les gens à travers une vidéo réalisée par un téléphone, par le jeu d’acteur de quelqu’un, d’une action ou d’une équipe de création de vidéos concocté pour faire quand même sourire un peu ».

Gimitri Kaboré co-gère la page facebook dénommée Afric Kibaya qui totalise plus de 150 000 abonnés. La page est utilisée pour produire les vidéos il y a de cela un an.Elle a été créée dans l’optique de contribuer à sensibiliser ou à dénoncer les maux qui minent la société africaine. Selon lui, la vidéo est le meilleur canal au 21e siècle pour passer un message.

« Nous véhiculons à chaque fois un message dans nos vidéos notamment des messages de sensibilisation en abordant plusieurs thématiques. Nous réalisons des vidéos qui portent également sur le vécu quotidien. Nous nous inspirons parfois même des faits réels », a-t-il laissé entendre.

En plus d’être un web comédien, Gimitri Kaboré est un musicien instrumentiste. Il manie les outils de musique avec aisance.
De musicien instrumentiste à web comédien, il se nourrit du courage et de la détermination pour l’atteinte de ses objectifs.

«Pour le moment, je ne peux pas dire que le métier nourrit son homme, il n’y pas de revenu. Je ne me suis pas lancé dans le métier pour un but lucratif. Je me nourris de mon courage pour le moment. Si par la suite, la donne change, je dirai Alhamdoulay (Dieu merci) » a-t-il souligné.

Comme dans tous les domaines, M. Kaboré rencontre des difficultés dans son métier notamment le côté matériel, « nous utilisons un téléphone pour réaliser nos vidéos depuis le début jusqu’à maintenant », Il déplore le coût élevé de la connexion Internet et le manque de moyens financiers pour encourager l’équipe.

Gimitri Kaboré souhaite un jour que le pays parle de la qualité de sa page (Afric kibaya) pour ses messages véhiculés. « Nous rêvons de passer le cap national et conquérir le marché international, pour qu’on puisse dire un jour, qu’il y a des voies burkinabè qui arrivent à dépasser les frontières ».

M. Kaboré appelle les jeunes qui aspirent devenir web comédien à redoubler d’efforts et surtout d’abnégation. Comme quoi, selon lui, la détermination peut pousser un homme à atteindre ses objectifs. « Celui qui veut être un exemple en web comédie doit se battre et éviter la facilité ».

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 − 7 =