Home Société Burkina Faso: le Conseil supérieur de la communication (CSC) pose le problème ...

Burkina Faso: le Conseil supérieur de la communication (CSC) pose le problème  de ses conseillers incomplets au premier ministre

0
premier ministre
Le vice-président du CSC (à gauche) chez le premier ministre (à droite)

Le Premier ministre Albert Ouédraogo a reçu, le mardi 26 avril 2022 à Ouagadougou, une délégation du Conseil supérieur de la communication (CSC). La situation du CSC, les difficultés que rencontre la Société burkinabè de télédiffusion (SBT) ainsi que l’activité des médias en lien avec la crise sécuritaire étaient au menu des échanges.

Par Daouda Kiekieta

Sur la situation qui prévaut au Conseil Supérieur de la Communication, son vice-président, Abdoul Aziz Bamogo, a indiqué que son institution n’est pas en nombre complet au niveau du collège. En effet, l’instance de régulation des médias est en sous-effectif à cause de la démission de Mathias Tankoano, son ex-président en septembre 2021 et du décès du conseiller Zoumana Wonogo en mars 2021.

Il faut aussi noter la nomination du conseiller Victor Sanou en janvier 2022 comme Directeur exécutif du Centre d’analyse des politiques économiques et sociales (CAPES). La nomination des conseillers du CSC est répartie entre plusieurs entités, le président du Faso, le président de l’Assemblée nationale et les organisations professionnelles des médias et publicitaires.

«Avec le Premier ministre, nous avons échangé sur la nécessité de pouvoir travailler à ce que le collège soit en nombre complet, pour pouvoir mieux assurer sa mission », a expliqué Abdoul Aziz Bamogo vice-président du CSC.

Le problème soulevé avec le chef du gouvernement est celui de la Société burkinabè de télédiffusion (SBT). La société d’État a annoncé le 10 décembre 2021, la suspension de plusieurs chaînes de télévisions pour le motif de recouvrement infructueux des créances de la redevance de la télévision numérique terrestres (TNT).

Suite à des échanges entre l’Union Burkinabè des Éditeurs privés de Services de Télévision (UBESTV) et la SBT, les signaux des programmes des télévisions qui ont fait l’objet de suspension ont été rétablis le 28 décembre 2021.

Jusque là, la Société manque de moyens réels. « Ce qui ne lui permet pas de fonctionner normalement », a confié le vice-président du Conseil supérieur de la communication au Premier ministre.

Albert Ouédraogo a invité le CSC à poursuivre les discussions et les échanges, en vue de trouver avec les différents acteurs, des solutions qui garantissent un fonctionnement régulier de la société.

L’activité des médias dans le contexte d’insécurité lié au terrorisme était également à l’ordre du jour. Le vice-président du CSC, l’organe de régulation des médias a exposé les préoccupations des acteurs au Premier ministre. Sur cette question, l’institution compte organiser des actions, dans le sens de renforcer les rapports entre les médias et les forces de défense et de sécurité.

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
5 − 1 =