Home Société Burkina Faso : le Front de libération nationale (FLN) appelle le peuple...

Burkina Faso : le Front de libération nationale (FLN) appelle le peuple à s’engager pour la libération du territoire national

0
Front de libération nationale
Les membres du Front de libération nationale

Une nouvelle coalition dénommée Front de Libération Nationale (FLN) a vu le jour le jeudi 18 août 2022 à Ouagadougou. C’est au cours d’une conférence de presse que les fondateurs de ce mouvement ont tenu à appeler le peuple burkinabè à s’engager comme il le fait, pour la libération du territoire national en faisant front derrière le pouvoir de la Transition.

Par Daouda Kiekieta et Raïnatou Maïga (stagiaire)

Le Front national de libération est un nouveau regroupement de plusieurs organisations de la société civile burkinabè. Ils sont au total soixante deux organisations réunies au sein de ce mouvement. 

Marcel Tankoano, le leader du M21 est l’une des principales figures de ce front qui vient  deux semaines exactement après le lancement du front patriotique fort de 33 organisations, associations et partis politiques.

Les responsables du Front national de libération (FNL) n’ont pas manqué de fustiger les autres organisations de la société civile au sein du front patriotique y compris ceux qui critiquent régulièrement l’armée burkinabè. Dans un ton ferme, ils ont dénoncé une volonté de certains mouvements de vouloir revenir aux affaires et d’autres de vouloir déstabiliser les institutions. 

« La priorité des Burkinabè est la restauration de l’intégrité territoriale et la réinstallation des personnes déplacées internes », a laissé entendre Marcel Tankoano, membre du Front de libération nationale (FLN).

Pour lui, le régime déchu de Roch Kaboré et ses alliés tentent de susciter une insurrection pour revenir aux affaires. “Les ennemis d’hier, ceux qui se regardaient en chien de faïence, se sont réunis pour communier l’utopie d’une prochaine insurrection”, renchérit M. Tankoano, ajoutant que le dessein voilé de ramener le régime déchu dans les affaires est définitivement voué à l’échec. Il poursuit en déclarant que « ceux qui disent que l’armée ne monte pas en puissance, soutienne le terrorisme ».

Dans la même logique, James  Dembélé, membre du FLN alerte que  » si l’armée échoue, le Burkina Faso est appelé à disparaître ». Il indique que « tous ceux qui n’acceptent pas en bon citoyen accompagner l’armée dans cette lutte pour sauvegarder l’intégrité de notre territoire est perçu comme un ennemi de la république ».

Par ailleurs, Le FNL prévoit de lancer officiellement ses activités dans les prochains jours à Koudougou, dans la région du Centre-ouest. 

Lire aussi: Burkina Faso : un nouveau mouvement «gravement préoccupé», par la situation du pays

www.libreinfo.net 

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
24 ⁄ 1 =