Accueil A la une Burkina Faso : Le gouvernement en quête de plus de 19.000 milliards de...

Burkina Faso : Le gouvernement en quête de plus de 19.000 milliards de Francs CFA pour le nouveau référentiel de développement

Burkina RDN Dabiré
Le gouvernement et ses partenaires attendent mobiliser des ressources pour le RND.

Le premier ministre Christophe Dabiré a présidé dans la matinée du mardi 25 mai 2021, la cérémonie officielle d’ouverture des travaux des Assises nationales sur le référentiel national de développement (RND) 2021-2025. Ce référentiel a pour objectif global de rétablir la sécurité et la paix, de renforcer la résilience de la Nation et de transformer structurellement l’économie burkinabè. Constituant une étape importante du processus, il sera défini sur quatre principaux axes. Le coût total de ce plan est estimé à 19 030, 70 milliards de Francs CFA.

Par Tatiana Kaboré

Pour obtenir un nouveau Référentiel national de développement, le Premier ministre Christophe Dabiré avait lancé, le 5 mars 2020, des travaux pour la rédaction d’un document cadre. Cela visait à prendre en compte les principaux points pour rétablir la sécurité et la paix, de renforcer la résilience de la Nation et de transformer structurellement l’économie burkinabè.  Le coût de ce plan national de développement qui couvre la période 2021- 2025, s’élève à 19 030, 70 milliards de Francs CFA.

Le projet du référentiel propose de structurer l’action publique en quatre axes stratégiques. D’abord, la consolidation de la résilience, la sécurité, la cohésion sociale et la paix. Ensuite, l’approfondissement des réformes institutionnelles et administratives. Le troisième axe porte sur la consolidation du capital humain et la solidarité nationale. Enfin, la dynamisation des secteurs porteurs pour l’économie et les emplois.

L’exécutif attend comme impacts au cours de ce référentiel, la création des opportunités d’emplois décents pour tous y compris les jeunes et les femmes. De même, l’amélioration de vie de la population, la modernisation, la diversité et la dynamisation du système productif.

Pour Christophe Dabiré, si les politiques publiques sont bien conduites à travers ces axes, il est convaincu que le Burkina parviendra à concrétiser l’objectif global fixé qui est de « rétablir la sécurité et la paix d’apporter la résilience de la Nation et de transformer en profondeur l’économie burkinabè afin de générer une croissance forte inclusive et durable ».

Le plus important pour lui à ce stade est qu’il ait des approches innovantes au cours de ces deux jours de travaux. Il souhaite que cela contribue à élever la cadence de la mise en œuvre politique de développement du pays.

Mais surtout de délivrer le service public au profit des populations qui en ont grandement besoin dans les zones de fragilité. « En agissant de la sorte, nous sommes sûr de parcourir le chantier du développement en veillant à ne laisser personne de côté. Aussi j’aimerais que vous y accordiez de l’importance à cette réflexion lors de vos travaux », a souhaité le Premier ministre.

Le projet du document soumis à l’appréciation et contribution tire son fondement des précédents référentiels dont le dernier en date est le PNDES 2016-2020. « L’élaboration d’un nouveau référentiel de développement ne traduit en rien l’échec des politiques précédemment mis en œuvre. Elle résulte simplement d’un impératif politique et législatif » a  souligné Christophe Dabiré.

Le plan vise, d’une part de traduire en document-cadre d’orientation en moyen termes le programme de société du Président élu. D’autre part, cela vise à se conformer à la logique de la planification du développement et à réconcilier l’objectif global avec les réalités du contexte national marqué par la crise sécuritaire.

Burkina RND Dabiré
Les participants auront deux jours de travaux lors de ses Assisses nationales.

Le chef de file de l’opposition, Eddie Komboïgo, devant la presse, estime qu’il n’y a pas eu de gros projets depuis l’élection du Président Roch Kaboré. « Jusqu’à présent dans les différents programmes successifs du Président Kaboré et ses différents ministres nous n’avons pas eu de gros projets de développement », a-t-il déclaré.

Parmi ces projets de développement, il a cité le prolongement du chemin de fer jusqu’à Tambao. « Ce sont des projets structurés qui ont un impact sur d’autres activités qui ont des rentabilités financières qui rapportent des ressources à l’Etat environ 500 milliards pendant des décennies » a laissé entendre Eddie Komboïgo.

Les innovations apportées à ce référentiel national de développement 2021-2025 sont notamment la participation inclusive de toutes les composantes de la société à travers l’implication des OSC, du secteur privé et des faitières dans l’équipe de rédaction.

Cette participation inclusive a permis la prise en compte des problématiques du moment telles que la paix, la sécurité et la cohésion sociale et l’intégration de la dimension environnementale dès l’étape d’élaboration du RND.

Les assises nationales sur le référentiel national de développement constituent l’opportunité à travers laquelle l’administration publique favorise le dialogue interactif de l’ensemble des acteurs sur le projet de développement du référentiel. Elle constitue par ailleurs la première étape de l’approbation du contenu du document qui va encadrer l’action publique au cours des cinq prochaines années. Durant deux jours, les acteurs vont définir le schéma du RND.

www.libreinfo.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
46 ⁄ 23 =