Home A la une Burkina Faso: le PAREN annonce un congrès de renaissance pour fin avril

Burkina Faso: le PAREN annonce un congrès de renaissance pour fin avril

BURKINA Politique PAREN Congrès Renaissance
Abdoul Karim Sango au milieu pour la conférence de presse annonçant le prochain congrès

Le comité de restauration du parti pour la renaissance nationale (PAREN),  mis en place par son fondateur Laurent Bado, a animé une conférence de presse le jeudi 8 avril 2021. A l’occasion, le comité s’est prononcé sur plusieurs sujets de l’actualité nationale comme la réconciliation et la réforme du système éducatif.

 

Par André-Martin Bado

« Le PAREN adhère au principe de la réconciliation nationale et apporte son soutien à l’initiative présidentielle ». C’est par ces propos que, Abdoul Karim Sango, le secrétaire exécutif du comité nation a entamé  sa communication.

Concernant la réconciliation nationale, le PAREN a sa position sur la question. Le triptyque « vérité, justice et réconciliation » doit être appliqué selon la nature de chaque dossier. Le gouvernement doit accélérer le jugement des dossiers emblématiques.

En ce qui concerne des dossiers comme celui de Thomas Sankara et de Norbert Zongo, Dabo Boukary, les procédures judiciaires sont tellement avancées qu’on ne peut plus reculer. Pour le conférencier, l’affaire Sankara est une faute extrêmement grave qui mérite justice. « Nous pensons alors qu’il faut juger Blaise Compaoré afin qu’il s’explique mais qu’on ne l’humilie pas ».

Pour Abdoul Karim Sango, « les procès dont l’objectif n’est pas d’humilier les auteurs et Complices des crimes, doivent avoir une vertu pédagogique pour rebâtir notre nation sur des valeurs plus sûres ».

Il a reconnu la sensibilité de certains dossiers. Pour lui, dans notre contexte actuel, si certaines vérités sont rendues publiques, cela peut engendrer des problèmes de règlement de compte.

Après les jugements, le président du Faso doit pouvoir user de ces prérogatives constitutionnelles pour gracier ou amnistier les personnes selon les cas. Abdoul Karim Sango prévient qu’il « faut éviter de faire de la réconciliation nationale un sujet fourre-tout ».

S’agissant de de la réforme du système éducatif qui fait actuellement polémique, le PAREN voudrait inviter les Burkinabè à se surpasser. Pour ce parti, il faut sauver le système éducatif qui souffre déjà de beaucoup de maux. Le conférencier du jour a souligné que les élèves n’ont pas la maturité exigée pour discuter des grandes réformes qui les concernent. Quant aux enseignants, ils « doivent accepter leur première fonction, celle d’être d’abord des éducateurs en donnant l’information vraie aux élèves ».

Au terme de cette conférence, le comité a annoncé que le parti tiendra son congrès du 28 au 29 avril 2021 à Ouagadougou.

Parti de la majorité présidentielle depuis 2015, le PAREN avait soutenu la candidature de Roch Kaboré à la présidentielle du 22 novembre 2020. Le parti était sorti bredouille des législatives du 22 novembre 2020.

Cet échec a révélé de graves dysfonctionnements dans l’organisation et le fonctionnement du parti. Cette situation a justifié la prise de mesures urgentes. Ainsi, une réunion élargie du Bureau exécutif national, tenue le 27 décembre 2020, a approuvé à l’unanimité la proposition de démission de l’ensemble du bureau. Le 3 janvier 2021, par lettre circulaire, le fondateur informait les militants et les sympathisants du PAREN de la mise en place d’un comité de réorganisation du parti composé de six membres et présidé par Abdoul Karim Sango.

Le Comité doit ainsi soumettre des suggestions et propositions au Congrès du parti annoncé pour les 28 et 29 avril 2021 à Ouagadougou. Une occasion qui serait certainement saisie pour faire un diagnostic sans complaisance de la vie du « navire PAREN » qui prend de l’eau depuis ces dernières années.

www.libreinfo.net