Home Société Burkina Faso : le Syndicat des professeurs d’école annonce une marche meeting...

Burkina Faso : le Syndicat des professeurs d’école annonce une marche meeting en septembre 2022

0
SYNAPEC
Mobilisation des membres du Syndicat national des professeurs d’école

Le Syndicat national des professeurs d’école (SYNAPEC) a annoncé, ce jeudi 25 août 2022 à Ouagadougou, une marche meeting en septembre prochain. Cette marche vise à exiger le reclassement automatique des enseignants du primaire de catégorie C1 en B1 et de B1  en A3.

Par Daouda Kiekieta

Ils estiment être relégués au second plan depuis quatre ans par le gouvernement. Eux, ce sont les ex Instituteurs adjoints certifiés (IAC) et les ex Instituteurs certifiés (IC) qui ont été recrutés avec le niveau de Brevet d’étude primaire de premier cycle (BEPC). Maintenant que le baccalauréat est devenu le diplôme requis pour accéder au poste de Professeur d’école, ils exigent leur reclassement de catégorie C1 en B1 et de B1 en A3.

Pour faire entendre leur voix, ils ont animé une conférence presse au cours de laquelle une marche meeting a été annoncée pour septembre prochain. “Si le reclassement automatique et sans condition de tous les IAC et IC n’est pas effectué, l’année scolaire 2022-2023 sera assez mouvementée et les cours sabotés. […] La rentrée administrative, elle, sera purement et simplement boycottée”, indique Adama Dabilgou, secrétaire général du SYNAPEC.

SYNAPEC
Adama Dabilgou, secrétaire général du SYNAPEC

Pour lui, il devrait y avoir une période moratoire permettant aux IAC et IC, qui sont plus de 90 000, d’accéder aux catégories supérieures au même titre que les nouveaux recrus. “Il est illégal et illogique de mettre en extinction une catégorie sans qu’une mesure d’évacuation des agents de cette catégorie ne soit proposée. La catégorie C premier échelon est mise en extinction. Pourtant, ils sont des milliers, les enseignants dans cette catégorie”, fustige Adama Dabilgou.

 Le SYNAPEC dit être exclu dans les prise de décisions

Selon M. Dabilgou, leur syndicat a été exclu des discussions ayant abouti à la relecture du statut particulier. Aux dires de ce syndicat, le statut particulier adopté entre le Gouvernement de la Coordination nationale des syndicats de l’Education (CNSE) aurait favorisé une partie de certains enseignants au détriment d’autres.

SYNAPEC
Les conférenciers du jour

“La Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) qui conçoit ce statut comme étant un contrat entre elle et le gouvernement, la présence d’un syndicat de l’éducation non affilié à elle n’était pas la bienvenue à cette relecture. C’est ainsi qu’à la demande de la CNSE, douze (12) syndicats, dont le SYNAPEC ont été exclus de la  séance de relecture”, déplore-t-il. 

Lire aussi: Burkina Faso : le ministère en charge l’Éducation nationale annonce une organisation des examens professionnels pour les enseignants du préscolaire et du primaire de catégorie B

Le syndicat dit avoir adressé une note au Ministère de la Fonction publique et celui en charge de l’Education nationale pour demander la suspension de l’examen du Certificat Supérieur d’aptitude pédagogique (CSAP).

En effet, la tenue de cet examen professionnel, annoncée par le ministère de l’Education nationale, est prévue le 20 septembre 2022 et devrait permettre de reclasser les enseignants préscolaire et du primaire de catégorie B en catégorie A échelon 3.

www.libreinfo.net 

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
22 − 22 =