Home Sécurité Burkina Faso: les femmes terroristes invitées à abandonner les armes 

Burkina Faso: les femmes terroristes invitées à abandonner les armes 

0
femmes terroristes
La ministre de la Famille et du Genre, Salimata Nébié

La ministre de la Famille et du Genre, Salimata Nébié a confié que « des femmes » participent de manière récurrente dans les « actions terroristes aux côtés des hommes ». Elle l’a révélé le vendredi 29 juillet 2022, au cours d’un point de presse sur le point des opérations menées par l’armée, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 

Par Tatiana Kaboré

Les femmes qui sont engagées dans les actions des groupes armées terroristes ont été invitées ce vendredi à déposer leurs armes. Cet appel a été lancé par Salimata Nébié, ministre du Genre et de la Famille.

« Il nous revient de façon récurrente que des femmes participent de plus en plus aux actions terroristes aux côtés des hommes », a déclaré, la ministre. Une participation qui selon elle est « un tournant inquiétant de la lutte anti-terroriste ».

Elle explique que ces femmes sont actives sur tout le spectre des activités terroristes, notamment à travers leur participation à la génération de combattants terroristes, au renseignement sur les activités des FDS, au soutien logistique des groupes armés terroristes, et enfin à l’action armée lors des attaques.

Madame Nébié a fait savoir que lors de l’attaque du détachement de Barsalogho (Centre-Nord) le 10 juillet dernier, des femmes ont été observées entrain d’haranguer les combattants terroristes, pour les unes et attaquer des domiciles pour les autres.

Pour elle, « cette façon de faire avait déjà été observée sur la majorité des attaques antérieures de détachements ou de localités comme celles de Gaskindé, Namissiguima, ou Solhan ».

« Dans d’autres contrées, elles sont leaders de groupes armés terroristes. Dans la récente attaque du détachement de Kelbo (Sahel) du 25 juillet dernier, elles ont été observées en train de ramasser les blessés et les morts terroristes», a-t-elle confiée.

De l’avis de la ministre en charge du Genre, cette tendance est très inquiétante dans la mesure où les femmes sont supposées être des actrices de paix, plutôt que des auteures de violences. Et d’ajouter qu’ « au début de la crise et jusqu’à ce jour, elles étaient des victimes directes ou collatérales des attaques. Le rôle des femmes comme actrices de paix doit être promu et préservé ».

« Saisissez l’offre du dialogue » 

La ministre du Genre et de la Famille a invité, par conséquent, les mères, épouses et parentes de ceux qui ont pris les armes pour diverses raisons, contre la Patrie à s’investir dans la production de la paix. « A mes sœurs qui ont rejoint ou encouragent les groupes armés, je les invite à privilégier la voie qui conduit à la paix, car aucun enseignement n’encourage une femme à ôter sans discernement, la vie de son semblable », a-t-elle dit.

Dans ces groupes armés, elles sont sujettes à toutes formes de vice à savoir la drogue, le viols, les utilisations et les abus inhumains indignes.

« Votre place et votre rôle, c’est de contribuer à la prévention et la gestion des conflits. Saisissez l’offre du dialogue ou rendez-vous discrètement dans les détachements militaires pour déposer vos armes», poursuit-elle.

Tout en les invitant à abandonner les armes, « afin de reconstruire ensemble la vie en famille pour le bonheur de nos enfants», la ministre Salimata Nébié a rassuré ces femmes qu’elles seront « bien accueillies en vue d’une meilleure réinsertion dans la société».

Lire aussi: Burkina Faso: « Il n’est pas possible de déployer des militaires au pied de chaque pylône ou de chaque pont » ( LCL Didier Yves Bamouni)

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
4 + 2 =