Home Politique Burkina Faso : les partis politiques sont des « vecteurs de division...

Burkina Faso : les partis politiques sont des « vecteurs de division », Kalifara Sere

0
partis politiques
Professeur Abdoulaye Soma, Constitutionnaliste et homme politique (gauche) et Germain Bitiou Nama, Editorialiste et coordonnateur du mouvement le Front patriotique (droite)

Le Président de la Transition Paul-Henri Damiba s’est adressé aux Burkinabè le 4 septembre 2022. Il a fait le bilan de sa gestion du pays du mois d’ Avril au mois d’août. Un bilan qui défraie la chronique actuellement. Libreinfo.net a recueilli les avis de certains leaders politiques et de la société civile à ce sujet. 

Par Rama Diallo 

Le Président de la Transition a livré le bilan de sa gestion du pays des cinq derniers mois, le 4 septembre. Sur la question de la réforme politique annoncée par le Président, des hommes politiques trouvent cela nécessaire pour la bonne marche du pays.

Contacté par Libreinfo.net, le constitutionnaliste, Abdoulaye Soma, estime que pour ce premier bilan du chef de l’Etat, Paul-Henri Damiba, il y a eu une incompréhension de départ. 

« Quand le chef de l’Etat parlait de bilan dans 5 mois, certains on compris que c’était le délai pris pour son engagement de mettre fin au terrorisme ou d’en réduire drastiquement les manifestations. D’autres avaient compris qu’il parlait d’un premier bilan d’étape dans la lutte contre le terrorisme, la sécurisation du territoire et la résolution des crises humanitaires qui en découlent. Je sais et comprends cette divergence de compréhension, parce que j’ai échangé avec plusieurs acteurs de diverses chapelles», a indiqué le professeur Soma.

Il ajoute qu’aucun burkinabè ne doit être naïf pour attendre que le Président de la Transition s’engage à mettre fin au terrorisme en 5 mois. De même, aucun Burkinabè ne doit être complaisant pour dire que la situation actuelle est satisfaisante, soutient-il. 

De son côté, Germain Bitiou Nama, le coordonnateur du mouvement le Front patriotique, estime que le Président Damiba a livré « un discours incantatoire» et non un bilan. 

Selon lui, le  vrai bilan se mesure en termes de reconquête et de sécurisation des territoires perdus, en termes de retour des populations déplacées dans leurs espaces traditionnels de vie. 

«Son discours est très pauvre sur la question. En réalité, la tâche du Président était difficile face à la cruauté des faits. Les progrès qui ont été déclinés, s’ils en existent, ne sont que des sauts de puce au regard des attentes. Nous pensons au Front patriotique que le facteur majeur de la victoire contre le terrorisme c’est l’unité des organisations du peuple», a indiqué le coordonnateur du Front patriotique.

«Malheureusement Damiba et son Conseil d’orientation et de suivi de la Transition (COST) sont incapables de réunir notre peuple autour de valeurs essentielles d’intégrité, de patriotisme, de solidarité entre autres. Il peut obtenir quelques résultats mais l’alternative crédible qui s’offre à notre peuple pour vaincre le terrorisme, c’est une Transition politique légitime et souveraine», a-t-il poursuivi.

Réformes dans la classe politique 

Dans son discours à la nation, le chef de l’État a annoncé des réformes au niveau de la classe politique. Germain Bitiou va donc lui proposer de se concentrer sur la reconquête du territoire national. « Nous disons à Damiba que la dispersion l’éloignera davantage de la mission de reconquête des territoires perdus. C’est sur ce terrain que les Burkinabè l’attendent », a-t-il indiqué. 

Cette nécessité d’une réforme profonde du système politique burkinabè est, par contre, accueillie à bras ouverts par certains hommes politiques, dont Abdoulaye Soma du Parti Soleil D’avenir. 

Il déclare: «Je suis parfaitement d’accord avec lui, et depuis la Transition de 2014, j’appelle à cette réforme. J’appelle donc le Chef de l’Etat à mettre diligemment en route cette réforme profonde, qui doit commencer par une réforme constitutionnelle profonde, audacieuse et véridique axée sur nos réalités et les préoccupations réelles du peuple».

Et de poursuivre : « Je suis d’accord avec le chef de l’Etat sur le diagnostic de notre situation socio-politique nationale, qui est alarmante et préoccupante. Je pense simplement que l’effort doit être fait pour situer clairement les responsabilités pour permettre à ceux qui sont responsables dans chaque domaine de s’amender et de s’ajuster ».

Le président du parti le Soleil d’Avenir, Abdoulaye Soma, a promis d’apporter sa contribution, dans la réforme du système politique en tant que juriste et homme politique.

Dans une interview accordée à Libreinfo.net le 4 août dernier, la présidente du Mouvement pour la renaissance du Burkina Faso (MRB) et par ailleurs  coordinatrice du mouvement M30 Naaba Wobgo, Yeli Kam, a laissé entendre qu’il faille relire la charte des partis politiques, afin de définir des critères assez « solides et des profils politiques types, charismatiques et de leadership transformationnel ». 

« Nous soutenons une refonte de la charte des formations et partis politiques. Ce qui va permettre le grand rassemblement. On peut même définir des critères de regroupement sur la masse par exemple. Au niveau du Sénégal, ils font ces regroupements. Cela veut dire qu’après chaque élection, les cartes sont rebattues et il est demandé aux partis qui n’ont pas eu un certain pourcentage comme 3% ou 5% de disparaître. Cela veut dire que ces partis doivent décider de disparaître ou de rejoindre les partis qui ont été les plus dominants pour former de grands ensembles », explique la candidate malheureuse de l’élection présidentielle de novembre 2020. 

Lire aussi: Burkina Faso: Yéli Monique Kam propose la  dissolution des partis politiques qui n’auront pas atteint un certain pourcentage aux élections

Le dimanche 4 septembre 2022, lors d’une émission télévisée, l’administrateur civil, Kalifara Sere a signifié qu’il faut la dissolution des partis politiques jusqu’à ce que le pays retrouve la cohésion sociale. D’après lui, les partis politiques sont des « vecteurs de division ». 

www.libreinfo.net 

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
12 + 24 =