Home Sécurité Burkina Faso : Lutte contre le terrorisme , encore des promesses...

Burkina Faso : Lutte contre le terrorisme , encore des promesses du Président Damiba

0
promesses
Le Président de la transition Paul-Henri Damiba

Le Président de la Transition a effectué une visite à Seytenga le 15 juin 2022, trois jours après le massacre qui a fait 86 morts dans cette localité. Sur place, il a promis de faire payer les auteurs de ces tueries. Une promesse qui vient s’ajouter à bien d’autres promesses prises, depuis le coup d’État, auxquelles les Burkinabè attendent impatiemment leur tenue.

Par Daouda Kiekieta

Suite à l’attaque du 12 juin qui a endeuillé le pays, le Président de la Transition Paul-Henri Damiba s’est rendu à Seytenga, dans la région du Sahel pour témoigner la compassion de la Nation aux populations de ladite localité, victimes de l’attaque.

Il a également rencontré les personnes ayant fui l’attaque pour se réfugier à Dori, capitale de la région.
“C’est maintenant, plus que jamais que nous devons être mobilisés, soudés pour faire face à la menace qui a pris des proportions au niveau de la frontière avec le Niger”, a-t-il lancé.
Face à ces « populations » qui vivent la peur au ventre, le Président a promis de “dénicher », “traquer” et de “faire payer” les hommes armés non identifiés , auteurs du “massacre” de Seytenga.

Cette promesse, faut-il le rappeler, vient s’ajouter à une panoplie d’engagements pris par le Chef de l’Etat pour reconquérir le territoire. A Barani, dans la Boucle du Mouhoun, il avait promis, le 10 juin, de poursuivre les terroristes jusqu’à la limite des frontières burkinabè.

L’une des promesses majeures est celle de “faire un premier bilan d’ici cinq (05) mois” à compter du mois d’avril.
A cette promesse de “résultats probants” , à l’entendement des Burkinabè, dans moins d’une demi-année, les choses semblent jouer à contre-courant de l’agenda des autorités et du souhait des populations de voir la stabilité renaître.

En effet, depuis le coup d’Etat, les attaques contre des civils et des forces de défense et de sécurité (FDS) se sont accentuées, provoquant des déplacements massifs de populations.
Selon le Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (CONASUR), le nombre de personnes déplacées internes (PDI) est passé à 1 850 293 (31 mars 2022), soit une hausse de 17,29% au cours de ce premier trimestre de 2022. A la date du 30 avril, l’on dénombrait plus de 1,9 millions de PDI.
Des problèmes de cohésion au sein de l’armée et entre armée et populations
Ce n’est plus un secret de polichinelle que l’armée burkinabè souffre d’une cohésion en son sein. Lors de sa visite aux soldats de Seytenga après la mort de 11 soldats des leurs dans une attaque, le Président dit vouloir mettre fin aux antagonistes au sein des FDS.

“On ne va plus tolérer des problèmes entre des CRS et gendarmes, des problèmes entre militaires et gendarmes, des problèmes entre militaires et eaux et forêts”, a-t-il dit, ajoutant que “c’est le moment d’avancer ensemble parce que la sécurité est le premier objectif à atteindre”.

Pas plus tard que le 14 juin dernier, un incident à opposer militaires et policiers à Kaya dans la région Centre-Nord, au point que l’on arrive à enregistrer plusieurs blessés.

Si les groupes armés semblent compromettre l’engagement des autorités envers la population en matière de sécurité, notamment avec la multiplication des attaques, des problèmes de confiance et de collaboration entre soldats et populations et entre les FDS eux-mêmes, ils semblent aussi expliquer la dégradation de la situation actuelle.
“Il y a des pratiques qui font que la population s’éloigne de nous et ne veut pas nous dire ce qui se passe aux alentours de nos positions. Certaines de ces pratiques viennent de nous et il faut les éviter”, a martelé le président Damiba, face à ses frères d’armes.

Lire aussi: Burkina Faso : 50 civils tués à Seytenga au Sahel, des rescapés prises en charges

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
21 ⁄ 3 =