Home Sécurité Burkina Faso : lutte contre le terrorisme, il faut des « armes...

Burkina Faso : lutte contre le terrorisme, il faut des « armes sophistiquées et adéquates», CDP

0
terrorisme
Les logos du MPP et du CDP

La classe politique burkinabè s’est prononcée sur l’attaque meurtrière qui a eu lieu dans la nuit du 11 au 12 juin 2022 à Seytenga dans la province du Séno, région du Sahel. Les partis comme le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et l’Union pour le progrès et le Changement (UPC) ont unanimement condamné cette attaque qui a fait 79 morts, selon le bilan provisoire révisé du gouvernement. Le CDP appelle les nouvelles autorités à déployer de gros moyens pour mieux lutter contre le terrorisme.

Par Nicolas Bazié

Le parti de l’ancien Président du Faso Blaise Compaoré, le CDP propose de « doter les Forces de Défense et de sécurité (FDS) et les Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP), davantage d’armes sophistiquées et adéquates », pour mener efficacement la guerre contre le terrorisme. Le parti demande également une augmentation de leurs effectifs, et surtout, « les motiver davantage ».

Le massacre des 79 civils (bilan provisoire) à Seytenga est une barbarie qui ne restera pas impunie, foi de Eddie Komboïgo et ses camarades du parti. Ils disent exhorter les autorités actuelles à « un renforcement de la coopération avec les pays voisins et les partenaires traditionnels du Burkina Faso, pour endiguer l’hydre terroriste et libérer le pays ».

De son côté, l’Union pour le progrès et le changement (UPC) s’interroge plutôt sur « les circonstances qui ont obligé les forces combattantes du Burkina à quitter complètement Seytenga, une localité assaillie par des terroristes ». En effet, après la tuerie de 11 gendarmes dans la commune, les autres ont dû quitter pour se rendre à Dori, chef-lieu de la région du Sahel. Ces circonstances méritent d’être élucidées, soutient le parti de l’ancien ministre de la Réconciliation nationale Zéphirin Diabré.

Pour cette attaque meurtrière à Seytenga, le parti du lion tient à ce que « les responsabilités soient situées » et que « les fautifs soient sanctionnés », afin de tirer des leçons, pour éviter à l’avenir, de « tel drame qui heurte la conscience collective ».

Lire aussi: Burkina Faso : attaque terroriste à Seytenga, le massacre de trop

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
7 ⁄ 1 =