Home Société Burkina Faso : « Qu’on arrête donc de nous parler de réconciliation...

Burkina Faso : « Qu’on arrête donc de nous parler de réconciliation », Pato Dondassé

0
Réconciliation nationale CREDD
Image illustrative du président du CREDD, Pato Dondassé

Le Cadre de réflexion et d’action pour le développement durable (CREDD) pense que le Burkina Faso a besoin d’un sursaut patriotique, pour vaincre le terroriste au lieu d’une réconciliation. Il l’a fait savoir au cours d’une conférence de presse animée le samedi 16 juillet 2022 à Ouagadougou.

Par Daouda Kiekieta

« La réconciliation nationale est utilisée à des fins politiques et égoïstes. On n’a pas besoin de réconciliation pour vaincre le terrorisme. On a besoin d’un sursaut patriotique ». C’est l’opinion de Pato Dondassé, président du CREDD.

Selon M. Dondassé, « le terme réconciliation est galvaudé et utilisé pour les besoins égoïstes et individualistes de quelques acteurs de la scène politique, au moment même où nous avons besoin plutôt d’un appel à un sursaut Patriotique de tous les Burkinabè ».

A l’en croire, « nous n’arriverons jamais à mettre fin aux différends entre acteurs de la scène politique». C’est pourquoi, il estime que le devoir patriotique va au-delà des différends politiques et s’imposent à tous les filles et fils de la nation à agir et soutenir toute action dans la lutte contre le terrorisme.

Et pour lutter contre le terrorisme, le CREDD pense que la meilleure approche, c’est de s’attaquer à ses causes.

« Il est temps maintenant que les questions relatives à l’approvisionnement en matériel et en ressources financières des terroristes soient posées et que les vraies réponses soient apportées », indique le président de l’association.

Par ailleurs, l’association invite les autorités à prendre toutes les dispositions pour que toute la lumière soit faite sur les sources d’approvisionnement et de financement des terroristes.

« Que l’Assemblée législative de transition légifère sur des lois impitoyables contre les Burkinabè, quel que soit leur rang, qui seraient reconnus coupables de complicité quelconque avec les terroristes», a conclu Pato Dondassé.

Lire aussi : Burkina Faso : des OSC accusent les autorités de piétiner la justice pour la réconciliation

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
29 − 28 =