Home Culture Burkina Faso /Récréatrâles : la boxe s’invite à la fête !

Burkina Faso /Récréatrâles : la boxe s’invite à la fête !

0
Récréatrâles
La boxe au cœur des Récréatrâles

Quatre jours après l’ouverture de la 12e édition des Récréatrâles, le quartier populaire Gounghin de Ouagadougou continue de vibrer au rythme des spectacles de théâtre, danse et musique. Dans la nuit du 1er novembre 2022, le public a eu droit à plusieurs spectacles dont celui dénommé « A nos combats ». 

Par Daouda Kiekieta

L’atmosphère est toujours festive dans le quartier populaire Gounghin de la capitale burkinabè. Une heure avant l’ouverture du spectacle de 20h à l’Institut national de formation artistique et culturelle (INAFAC), le public est déjà installé autour d’un podium.

Là, ils attendent impatiemment la montée sur scène des acteurs du spectacle dénommé « A nos combats ». C’est une composition du chorégraphe burkinabè Salia Sanou. La prestation combine boxe et danse en mettant en avant la gent féminine.

« Quand on parle de boxe, tout de suite on voit la violence. Mais derrière cette violence, il y a cet aspect d’amitié, de poésie, d’union, de soutien et de rassemblement. Après la boxe on se fait des câlins, on s’encourage », indique Marius Sawadogo, chorégraphe, danseur et coach en interpretataion. Pour lui, il faut penser la boxe comme la danse « pare que l’un des principes de la boxe, ce sont les mouvements ».

Il ajoute que le choix des boxeuses pour animer la scène est fait dans l’objectif de « donner la parole à la femme. Quand on parle de boxe, on voit la force et les muscles de l’homme. Le compositeur (Salia Sanou) a voulu donc donner la parole à la femme pour qu’on regarde autrement cette force que la femme possède ».

Marleine Guivier est une boxeuse et elle était sur scène face à Fatou (nom), elle aussi boxeuse. Elle a pu concilier boxe et danse et se réjouit de l’engouement des femmes pour la boxe. Pour elle, ce sport a été longtemps difficile pour les femmes. « Au début de ma pratique, il y avait peu de femmes. Aujourd’hui cela a changé, il y a de plus en plus de femmes et je suis très heureuse ».

Du côté du public, la joie se lisait sur les visages. Avec ses deux enfants main dans la main, Bénédicte Bama se dit satisfaite du spectacle « A nos combats ».

« Ce spectacle nous enseigne autre chose que ce qu’on imaginait concernant la boxe. Je remercie les artistes qui nous offrent ces bons moments de spectacle malgré la situation sécuritaire difficile. Cela est une éclaircie d’espoir pour nous », se réjouit Mme Bama.

Cette 12e édition des Récréatrales est placée sous le thème, « faire visage ». Cette thématique est une invite à la résilience et à la résistance face à l’adversité du moment liée notamment à la crise sécuritaire que vit le Burkina Faso depuis 2016. Le festival prendra fin le 05 novembre prochain.

www.libreinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
36 ⁄ 18 =