Home Société Burkina Faso: sale temps pour le général Gilbert Diendéré, cet ancien «boss»...

Burkina Faso: sale temps pour le général Gilbert Diendéré, cet ancien «boss» du RSP

0

Le vent ne semble pas du tout souffler à la faveur du général Gilbert Diendéré. Son nom a été cité dans de gros dossiers judiciaires, dans lesquels il est condamné à des peines d’emprisonnement. La plus grosse est la perpétuité. 

Par Nicolas Bazié

20 ans de prison ferme dans le putsch de 2015

Tout a commencé quelques années après la chute brusque de l’ancien Président du Faso Blaise Compaoré, en octobre 2014.

Ancien chef d’état-major particulier et bras droit de Blaise Compaoré, le général Gilbert Diendéré est l’un des principaux instigateurs de coup d’État du 16 septembre 2015, contre la Transition dirigée à l’époque par Michel Kafando. Après l’échec de ce putsch, il sera arrêté et par la suite jugé coupable d’«attentat à la sûreté de l’État» et de «meurtre», devant le tribunal militaire de Ouagadougou en 2019. 

Ainsi, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé (ancien patron de la gendarmerie nationale) accusés d’être les cerveaux dans ce dossier ont été respectivement condamnés à 20 ans et 10 ans de prison ferme. Ce coup d’État du général Diendéré avait été même  considéré comme étant le coup d’État « le plus bête du monde ».

La prison à vie pour Diendéré dans le procès Thomas Sankara 

Le procès du putsch manqué passé, un autre a vu le jour en octobre 2021. Il s’agit notamment du procès Thomas Sankara où l’ancien boss du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) Gilbert Diendéré est cité comme un accusé. 

Après plusieurs années d’instruction, et six mois d’audience, le verdict du procès des bourreaux de l’ancien président burkinabè Thomas Sankara, est tombé le 6 avril 2022. Gilbert Diendéré est «maté» par une peine d’emprisonnement à vie, pour « attentat à la sûreté de l’État» et « complicité d’assassinat». 

20 ans de prison ferme dans l’affaire Dabo Boukary

Le 19 mai 1990, Dabo Boukary, étudiant en 7e année de médecine à l’Université de Ouagadougou, est arrêté par des éléments du Centre national d’entraînement commando (CNEC) logé au conseil de l’entente. Il est torturé jusqu’à ce que mort s’en suive. 

Le 19 septembre 2022, devant la chambre criminelle de la cour d’appel de Ouagadougou, le général Gilbert Diendéré a comparu pour les faits de «complicité de séquestration aggravée, coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donnée et recel de cadavre», après 22 ans de procédure judiciaire.

Le procès a duré trois jours. Le 22 septembre, Diendéré est condamné à 20 ans de prison ferme, pour « complicité d’arrestation illégale et complicité de séquestration aggravée». 

La période de 2019 à 2022 aura été «salée» pour cet ancien chef de corps du CNEC, du RSP et chef d’État major particulier du président Compaoré. Visiblement, l’épée de Damoclès pèse lourdement sur «l’enfant terrible» de Yako. 

www.libreinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
13 ⁄ 13 =