Home Sécurité Burkina Faso : Vers une autre stratégie de lutte contre le terrorisme 

Burkina Faso : Vers une autre stratégie de lutte contre le terrorisme 

0

Le ministre de la Défense et des anciens combattants, Barthélémy Simporé, était face aux membres de l’Assemblée législative de Transition le mardi 17 mai 2022, pour répondre à une question orale sans débat. Cette question porte sur la situation sécuritaire, notamment sur les mesures prises et les interventions urgentes entreprises par le gouvernement pour la sécurisation des régions au vu des multiples attaques de ces derniers temps.

Par Rama Diallo

La priorité du gouvernement selon le ministre de la défense est la reconquête du territoire national, occupé en partie par les terroristes.

Pour donc récupérer les zones occupées, le gouvernement indique le ministre de la défense, propose la réorganisation des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), l’opérationnalisation de la Task-Force et la diversification des partenaires en matière de défense et de sécurité. Il saisit l’occasion pour lancer un appel à l’unisson des fils et filles du Burkina Faso.

Le ministre est convaincu, que c’est dans l’unité que le pays remportera la victoire contre les groupes armés terroristes qui sévissent depuis 2016 sur le territoire national.

Le ministre de la défense parle d’une réorganisation des Volontaires de la défense de la patrie pour lutter efficacement contre les groupes armés terroristes. Or, l’on sait que ces volontaires souffrent d’un manque de matériels dans la lutte contre le terrorisme.

Des zones comme la province du Soum, région du Sahel n’ont pas de VDP. Comment les populations de cette zone vont-elles se protéger des groupes armés terroristes? L’on a l’impression que les VDP sont abandonnés à eux-mêmes.

Les volontaires combattent aux côtés des forces de défense et de sécurité. Ils escortent souvent les commerçants et les populations dans les zones touchées par les attaques terroristes. Ces supplétifs font les patrouilles comme l’armée. Ils maîtrisent mieux le terrain que certains soldats. Semblerait-il que l’armée se fait souvent escorter par les VDP.

Certaines localités résistent encore aux groupes armés terroristes grâce au courage et aux combats des VDP face à ces forces du mal.

Malgré la bonne volonté de ces hommes de défendre leurs territoires, ils sont confrontés à d’énormes difficultés. Ils sont en manque d’armement. Sur le plan financier, chaque homme engagé pour la défense du territoire perçoit la somme de 20 000 fcfa par mois, soit 200 000 fcfa par groupe. Chaque groupe est constitué de dix personnes.

Ils bénéficient d’une couverture sanitaire en cas de blessure dans l’exercice de leur fonction. A cet effet, une prime forfaitaire unique leur est versée. Aujourd’hui, ils sont pris pour principal cible par les groupes armés. Ils sont tués presque chaque jour maintenant.

Le 6 novembre 2019, un convoi minier de la compagnie canadienne SEMAFO a été attaqué. Le bilan était de 38 morts et près de 60 blessés. Au lendemain de cette attaque l’ex Président Roch Kaboré a annoncé le recrutement des supplétifs de l’armée.

La loi sur le recrutement des volontaires pour la défense de la patrie a été votée le 21 janvier 2020.

Comment le gouvernement de la Transition compte réorganiser les VDP ? Seront-ils suffisamment équipés pour faire face aux groupes armés ? Leur rémunération sera-t-elle revue ?

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 + 27 =