Home Economie Burkina Faso : vie chère, et si on augmentait l’argent de la...

Burkina Faso : vie chère, et si on augmentait l’argent de la popote ?

0
la popote
Image illustrative

Au Burkina Faso, précisément à Ouagadougou, les prix de presque tous les produits ont augmenté, des céréales jusqu’au cube Maggi, plus rien ne peut être acheté. Comment les ménages font face à cette situation ? L’argent de popote a-t-il été augmenté ?

Par Rama Diallo

Le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire et humanitaire sans précédent. Cette situation a engendré une hausse des prix des céréales et des denrées, impactant ainsi la vie des ménages.

Au marché de Katr Yaar, un marché de la ville de Ouagadougou, nous rencontrons Louise Dakio, venue s’acheter des condiments pour la cuisine du jour.

Elle tenait la somme de 1000 francs CFA. C’est l’argent de la popote journalière que son mari laisse tous les matins. Cette somme, c’est pour la nourriture de trois personnes. Elle doit acheter du poisson, de l’oignon, de la tomate, le cube Maggi et d’autres condiments.

« Chaque fin du mois mon mari achète du riz, de la farine de maïs, un carton de spaghetti. Les 1000 francs CFA c’est pour juste les condiments. Avant 2022, les 1000f suffisaient mais depuis que nous sommes rentrés en 2022 chaque jour tout augmente. Avant, j’achetais le poisson à 300 francs, la tomate à 100 francs, les oignons à 100 et l’huile à 100 francs. Le reste de l’argent c’est pour les autres condiments comme le piment, le cube Maggi, soumbala et autres», explique t-elle.

Condiments
Des condiments étalés au marché (crédit photo, Nicolas Bazié)

Selon ses dires, malgré la hausse des prix des produits, l’argent de la popote donné par son mari reste inchangé. « Désormais je complète 500 francs aux 1000 francs de mon mari. Parce que le poisson de 300 est passé à 500 francs. Et trois boules de tomates à 100 francs, un petit oignon à 50 francs», a indiqué madame Dakio.

Elle a tenu a précisé que son mari dit qu’il n’a pas eu d’augmentation de salaire donc il ne peut pas augmenter l’argent de la popote.

Après Louise Dakio, nous rencontrons Ahoua Kiemdé mère de trois enfants. Son mari est mécanicien. son argent de popote n’est pas fixe. Car son mari n’est pas salarié. Il donne l’argent en fonction de son gain quotidien.

Mais le plus souvent, le monsieur donne 1500 francs. « J’achète le riz et les condiments avec les 1500 francs. Le jour c’est le tô il dépose 1000 francs. Les 1000 francs c’est y compris l’argent de la farine», a-t-elle précisé.

Pour faire face à la cherté de la vie, elle fait le nettoyage chez des particuliers, afin de pouvoir aider son mari dans les dépenses. Chez elle aussi l’argent de popote n’a pas augmenté. Elle se débrouille avec les 1000 ou 1500 francs que son mari lui donne.

« Pourquoi voulez-vous qu’on augmente l’argent de la popote? Est-ce que les salaires ont été augmentés ? A Ouagadougou tout est cher. Les bailleurs ont augmenté le loyer. L’essence est devenue cher. Si on augmente la popote, on ne pourra plus soigner et même scolariser nos enfants», a lâché Mohamed Bonkoungou avec un air nerveux. 

Lire aussi :Burkina Faso : Cherté des condiments, le terrorisme crève le panier de la ménagère à Ouagadougou

Ali Yameogo, vendeur de volailles, signifie que pour le moment il ne peut pas augmenter l’argent de la popote chez lui parce qu’il n’a pas les moyens. « actuellement chez moi c’est ma femme qui fait la plupart des dépenses. A cause de la situation sécuritaire, je n’arrive plus à avoir de la volaille.

Toutes les zones dans lesquelles je partais acheter les poulets et pintades ne sont plus inaccessibles. Je n’arrive plus à joindre les deux bouts. Je peux faire des jours sans donner 5 francs à la maison», a-t-il argué.

www.libreinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
15 + 18 =