spot_img
spot_img

Burkina : « Il ne sera pas question d’homosexualité chez nous !», prévient Bassolma Bazié

Publié le : 

Publié le : 

À la tribune des nations unies, lors de la 78e session ordinaire, le ministre d’État, Bassolma Bazié, représentant le capitaine Ibrahim Traoré, a clamé haut et fort que l’homosexualité n’a pas sa place au Burkina Faso.

Par Nicolas Bazié

Du haut de la tribune des Nations Unies, Bassolma Bazié, connu pour son franc-parler, a déclaré de façon solennelle et à qui veut l’entendre que l’homosexualité n’est pas la bienvenue au Burkina Faso, pays de Thomas Sankara.

Le ministre burkinabè d’État le dit sans ambiguïté : « Il nous faut reconquérir notre culture». Cet ancien syndicaliste qui a plusieurs fois tenu tête à des gouvernants se veut plus précis : « Nous avons signé en copiant l’occident en monogamie, voilà qu’aujourd’hui on veut nous faire croire que des contre valeurs, des attitudes contre-nature relèvent du ressort de la liberté !»

« Il ne sera pas question d’homosexualité chez nous !» au Burkina Faso, prévient le ministre Bazié le visage serré.

Cela fait la troisième fois que l’interdiction de l’homosexualité est évoquée de façon officielle en moins d’un mois depuis le 25 août 2023 par le Burkina.

À cette date précise, le Conseil supérieur de la communication (CSC) a annoncé dans un communiqué, avoir adopté le 24 août, une décision qui interdit de diffusion les chaînes de télévision qui font la promotion de l’homosexualité.

Le 22 septembre 2023, lors d’une séance plénière à l’Assemblée législative de Transition (ALT), il a été question du rapport selon lequel les forces vives des 13 régions du pays ont demandé l’élaboration et l’adoption d’une loi interdisant et pénalisant l’homosexualité.

Selon les membres de l’ALT, les populations ont estimé qu’il faut lutter contre les déviances sexuelles, dissuader et prévenir la propagation de ces « phénomènes contraires aux mœurs, aux réalités religieuses et traditionnelles de la société burkinabè ».

www.libreinfo.net

Articles de la même rubrique

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...
spot_img

Autres articles

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...