Home A la une Burkina jeunesse:‘’On ne doit plus continuer à être l’avenir à...

Burkina jeunesse:‘’On ne doit plus continuer à être l’avenir à 40 ans, on veut être le présent’’(Moumouni Dialla)

Moumouni Dialla, président du Conseil national de la jeunesse (CNJ),Libre info

Le Conseil national de la jeunesse et le ministère en charge de la jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat ont organisé la première édition de la journée nationale de la jeunesse(JNJ). Elle vise selon les initiateurs, à créer un cadre d’échanges entre les jeunes et à les mettre en relation avec les entrepreneurs modèles. C’était le 2 octobre 2020 à Ouagadougou.

 Par   Lassane Ouédraogo

De nombreux jeunes venus des différentes régions du Burkina ont pris d’assaut ce 02 octobre 2020, la salle pavillon du soleil levant du SIAO. Ils participent à la première édition de la journée nationale de la jeunesse.

C’est un espace de dialogue et de concertations de la jeunesse qui fait face aux défis comme l’employabilité, et leur prise en compte dans les sphères de décision. C’est pourquoi Salif Tiemtoré, ministre de la jeunesse, a estimé ce cadre comme celui par excellence de réflexion et d’engagement avec la jeunesse du Burkina sur ses préoccupations.

Au cours de la cérémonie le ministre de la jeunesse a rendu hommage à la jeunesse pour sa contribution à l’édification de la Nation. « La pandémie de la Covid-19 a montré à souhait que nous pouvons faire confiance à notre jeunesse, que nous pouvons compter sur elle sur les chantiers de développement », dira-t-il.

Plusieurs activités ont été menées dont entre autres, un panel sur l’engagement citoyen, des communications sur les opportunités offertes par le ministère de la jeunesse, des présentations des modèles d’entrepreneuriat.

Moumouni Dialla, président du Conseil national de la jeunesse (CNJ), considère cette journée comme une marche vers une inclusion, vers le développement. Il a appelé le gouvernement à faire plus d’efforts dans la valorisation de la jeunesse et au traitement adéquat des préoccupations de la jeunesse. « A vingt ans, on dit que la jeunesse c’est l’avenir, à trente ans la jeunesse c’est l’avenir, à quarante ans c’est toujours l’avenir. La jeunesse veut être maintenant le présent. », s’est-il adressé à des centaines de jeunes et au ministre de la jeunesse.

« Si on continue d’être l’avenir on ne va jamais arriver. Il faut qu’il ait désormais une dynamique sereine et incluse entre le gouvernement et la jeunesse. On doit s’unir pour être le présent; on ne doit pas continuer à   être l’avenir » a-t-il poursuivi.

Les participants à la journée nationale de la jeunesse,Libre info

‘YouthConneckt Burkina’ pour employer 165 940 jeunes par an

Une plateforme web appelée ‘’ YouthConneckt Burkina’ ’servant d’interface entre tous les acteurs du domaine de la jeunesse a été lancée. L’objectif est de contribuer à l’employabilité de 165 940 jeunes par an.  C’est un outil de promotion de la jeunesse.

Il comprend de ce fait, trois composantes :la participation citoyenne au développement ; l’accompagnement des initiatives des jeunes et la création de cadre d’échanges, de partage d’expériences.

Sur YouthConneckt, il y a un forum permettant aux participants de discuter sur les questions de l’emploi des jeunes. Elle dispose également d’un volet e-services pour les offres d’emploi et les activités socio-éducatives.

 Marie Nonguierma, une participante, apprécie les multiples actions engagées par le gouvernement en faveur de la jeunesse. Elle cite comme exemple, l’accompagnement pour les kits d’installation, le soutien de l’État aux projets innovants de la jeunesse à travers les différents fonds.

www.libreinfo.net