Accueil A la une Burkina : L’artiste Oscibi Jhoann présente son album « Sougr bargô » ou « Trompette...

Burkina : L’artiste Oscibi Jhoann présente son album « Sougr bargô » ou « Trompette du pardon »

Burkina Sougr Bargo Oscibi
L'artiste musicien Burkinabè Oscibi Jhoann auteur de l'album Sougr Bargo

L’artiste Oscibi Jhoann a présenté officiellement son sixième album « Sougr bargô » ou « Trompette du pardon » aux mélomanes le jeudi 29 juillet 2021 à Ouagadougou. La cérémonie de présentation de l’œuvre a connu la présence de plusieurs artistes musiciens Burkinabè, des amis et des camarades de lutte comme Le Balai Citoyen, son mouvement de militantisme.

 

Par Tatiana Kaboré

Oscibi Jhoann est de retour sur la scène musicale après son dernier album d’il y a cinq ans. Il a présenté un nouvel album intitulé « Sougr bargô ». Un titre éponyme en référence à la réconciliation nationale en cours au Burkina Faso.

Interrogé sur le titre de l’album, l’artiste Oscibi Jhoann explique que ce titre est en rapport avec le discours du président Roch Kaboré qui a invité les Burkinabè à la réconciliation. « J’ai donc décidé d’apporter ma pierre en invitant les uns et les autres à la sincérité, parce que ce n’est pas la première fois que le Burkina va à la réconciliation. J’estime que c’est par manque de sincérité qu’on échoue dans nos tentatives de réconciliation. Donc j’invite les uns et les autres à se confesser et à prendre acte de ne plus recommencer le mal, les crimes », explique-t-il.

La trompette de la réconciliation a sonné selon l’artiste. Le premier titre de l’album « Sougr Bargô » en langue nationale mooré appelé en français « Trompette du pardon » invite chaque Burkinabè à écouter le message de paix et d’amour. L’artiste engagé appelle les uns et les autres à avoir le courage de s’asseoir pour discuter et donner du sens à un vrai pardon. « Ceux qui ont des choses à se reprocher doivent s’inscrire dans une démarche de vérité pour que nous ne répétions pas encore les erreurs du passé », ajoute Oscibi Jhoann.

Le Burkina Faso a besoin de tous ses enfants déclare Oscibi Johann, raison pour laquelle il prend son bâton de pèlerin pour inviter chacun à la sincérité dans ses différentes prises de position et jugement. Les Burkinabè ont besoin de se parler au nom de la justice et au nom de nos valeurs traditionnelles afin de panser les plaies et aller au développement, ajoute l’artiste. « Il est temps de poser l’acte fort », Clame Oscibi Jhoann.

« Lala », c’est le second titre de l’album, cette chanson est une invite à rester intègre. Pour lui, le vrai Burkinabè doit incarner l’appellation du pays des hommes intègres. Il ne faut pas que ce soit un vain mot mais plutôt une attitude intériorisée de tous les jours.

Les mères invitées à une plus grande éducation des enfants 

Le troisième titre dénommé « Maman Lebg N’wa », est une reprise de sa chanson à succès intitulée « Lebg N’wa ». Oscibi Jhoann dans cette reprise met le rôle fondamental de la mère en avant. Il sensibilise les femmes à se pencher avec persévérance sur une éducation de qualité des enfants afin de bâtir un monde de civisme et de responsabilité. « Maman vient tes en enfants ont besoin de toi », chante l’artiste.

Dans le dernier titre « Changement climatique », il veut amener tout un chacun à prendre conscience de sa responsabilité en ce qui concerne la préservation de l’environnement. De son avis, c’est une alerte à l’opinion sur les conséquences prévisibles et néfastes du réchauffement climatique.

La cérémonie de dédicace a connu la présence de plusieurs artistes, parmi lesquels l’Etalon de la musique Burkinabè Zêdess, actuellement Directeur général du CENASA, Dick Marcus, Smockey, Nourat, Prince Zoetaba, Bam raddy, Iron Bender et bien d’autres. La famille de l’artiste était aussi présente notamment son petit frère Coach Simon Ouédraogo.

Cet album est le sixième de l’artiste Oscibi Jhoann après : « Juste et justice » en 1999, « Gongo » en 2006, « 50 ans pour l’unité » en 2010, « Trinité » en 2011, « Le temps de Dieu » en 2014 et « Zoodo » en 2016. Oscibi Johann est un artiste et activiste engagé dans le mouvement citoyen « Balai Citoyen ». Le 15 mars 2015, il fut arrêté en RDC en compagnie des militants du mouvement sénégalais « Y en a marre » alors qu’ils y étaient sur invitation de leur camarades du mouvement « Lucha ».Ils avaient été accusés par les autorités de vouloir déstabiliser le pays.

www.libreinfo.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
18 × 11 =