Home A la une Burkina: Le financier de 46 ans Simon Tiemtoré est le nouvel acquéreur...

Burkina: Le financier de 46 ans Simon Tiemtoré est le nouvel acquéreur de la BICIA B, filiale de BNP Paribas

Simon Tiemtoré, financier burkinabè acquereur des filiales BNP Paribas
Simon Tiemtoré, financier burkinabè acquéreur des filiales BNP Paribas

L’information a été révélée par Jeune Afrique, le financier burkinabè Simon Tiemtoré est le nouvel acquéreur de Bnp Paribas Burkina et Guinée.

En s’offrant les deux filiales de BNP Paribas, le dirigeant burkinabè de Vista Bank met un pied dans la zone Uemoa… et ne compte pas s’arrêter là. D’où vient-il et où va-t-il ? Jusqu’à l’annonce de l’acquisition des filiales burkinabè et guinéenne de BNP Paribas par Vista Bank, Simon Tiemtoré, 46 ans, était peu connu des milieux financiers ouest-africains.

L’opération, pour laquelle il était en compétition avec le groupe financier du « serial entrepreneur » ivoirien Dossongui Koné, lequel a débloqué quelque 31 millions d’euros pour l’acquisition de la filiale malienne, révèle donc un nouvel acteur avec lequel il faudra désormais compter.

Comme l’a révélé Jeune Afrique Business+ en octobre, le financier d’origine burkinabè, ancien des équipes d’investissements de la banque d’affaires Morgan Stanley et d’Afreximbank (chef département marchés des capitaux et conseils), finalise désormais la reprise des dernières filiales subsahariennes mises en vente en mai 2019 par BNP Paribas, sous réserve de l’obtention des autorisations réglementaires.
Selon nos confrères de La Tribune Afrique, Simon Tiemtoré est PCA de Vista Bank Group et fondateur-président exécutif de Lilium Capital, un spécialiste de l’investissement impliqué dans divers secteurs en Afrique, de la finance à l’énergie en passant par l’immobilier, l’hôtellerie ou l’agro-industrie. Burkinabé d’origine naturalisé Américain, qui est cet avocat de carrière converti avec brio au métier de l’investissement.
Après la faculté de droit au Burkina, il vole vers les Etats-Unis où il rejoint d’abord l’American University, puis la New York University School of Law. Son diplôme en poche, le cabinet Staden Harps à New York lui ouvre ses portes. Il y restera quelques années en tant qu’avocat-fiscaliste et chargé des marchés des capitaux. Après un passage chez PwC, il rejoint Morgan Stanley. Et c’est dans les rangs géant bancaire américain que l’avocat d’affaire se passionne du métier d’investisseur, songeant, petit à petit, à changer de veste, écrit toujours,La Tribune Afrique.
« Je travaillais beaucoup avec les banquiers de Wall Street sur des transactions globales (Amérique, Europe). C’est ainsi que le virus de la banque est rentré et c’est comme cela que j’ai pu rejoindre Morgan Stanley en faisant partie de Morgan Stanley Investment management et faisant partie de l’équipe dirigeante d’un fonds d’investissement qui dirigeait à ce temps-là un actif de 5 milliards de dollars », raconte-t-il à La Tribune Afrique.
Avec  Jeune Afrique et La Tribune Afrique