spot_img

Toma : Une marche pacifique pour réclamer de fortes actions de sécurisation

Publié le : 

Publié le : 

Le samedi 21 octobre 2023, des manifestants sont descendus dans les rues de la ville de Toma répondant ainsi à l’appel des organisations de la Société Civile de la province. Selon les organisateurs, cette marche pacifique vise à saluer les efforts des autorités et à réclamer plus d’actions fortes pour le retour des personnes déplacées dans leurs localités d’origine.

Par Brice Alex, Correspondant dans le Sourou 

Les populations des six communes que compte la province du Nayala ont cessé toute activité le samedi 21 octobre 2023, pour répondre à l’appel à une marche pacifique de soutien au Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim Traoré.

A en croire le comité d’organisation, cette mobilisation se veut une preuve vivante de leur soutien à l’endroit des autorités actuelles et des forces de défense et de sécurité et de leurs supplétifs.

Brandissant des pancartes avec des écriteaux du genre: «Pour la reconquête du territoire restons tous debout»; « IB, une solution à l’insécurité»;  «ensemble soutenons les actions de la transition», les manifestants demandent des actions fortes pour le retour des personnes déplacées dans leurs villages d’origine.

Dans son discours, le représentant des organisations de la société civile du Nayala, Jean-Michel Toé, a témoigné sa reconnaissance aux autorités pour les actions entreprises en vue de la paix : «Nous saluons l’arrivée du Capitaine Ibrahim Traoré et de tous les membres du gouvernement soucieux du bien-être des burkinabé . Nous apprécions les discours héroïques, les partenariats francs et les actions concrètes pour la restauration du territoire malgré les multiples difficultés.»

M. Toé a lancé un appel à la mobilisation des différentes communes du Nayala en vue de l’atteinte des objectifs de la Transition en cours : «Nous appelons l’ensemble des populations des six communes de la province qui sont Gassan, Gossina, Kougny, Toma, Yaba et Yé et l’ensemble des burkinabé à se donner la main et à former un bloc solide autour de la transition pour permettre au Chef de l’Etat de réussir sa mission.»

Le représentant des OSC du Nayala tout en reconnaissant les efforts déployés par les forces engagées en matière de sécurisation a lancé un appel pressant pour plus d’interventions dans la localité : «Nous remercions les autorités et les forces de défense et de sécurité pour les actions déjà menées sur le terrain. »

Il ajoute : « nous sollicitons le renforcement du dispositif sécuritaire pour de plus fortes actions afin que nos populations puissent retourner dans leurs villages et travailler dans leurs champs».

Raïssa Bogna Toé, une des manifestantes, déplacée interne à Biba, puis récemment à Toma a dit ceci : « Nous souffrons énormément. Je viens de la commune de Kougny. Cela fait sept mois que nous sommes à Toma. Tout est devenu cher ici. Pour les soins de santé et l’éducation de nos enfants, tout est compliqué. Mais nos soldats et le gouvernement ont toutes nos bénédictions. Mon souhait est que nous retournions dans nos villages».

« Ce que nous voulons ce n’est que la paix. Nous ne pouvons pas rester en marge de la mobilisation derrière le Capitaine Ibrahim Traoré. Il était de bon ton que nous observions cette journée pour saluer les efforts consentis par les autorités de la Transition et nos forces armées», explique Oumar Bako, membre du Comité d’organisation.

A l’occasion de cette marche-meeting suivie d’un match de gala entre la population et les forces de défense et de sécurité, le comité d’organisation a initié une collecte de fonds au profit des hommes engagés sur le front.

La crise sécuritaire connaît une recrudescence en ce mois d’octobre dans le Nayala. Le chef-lieu de la province a accueilli un nombre impressionnant de personnes déplacées internes qui ont fui leurs villages abandonnant champs et biens.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : Un culte d’action de grâce pour célébrer les 20 ans d’existence de Compassion International

La célébration des 20 ans d’existence de l’ONG Compassion International Burkina a pris fin le 24 février 2024, avec un culte d’action de grâce ...

Dori : la communauté catholique d’Essakane-village victime d’une attaque terroriste

Dans un communiqué en date du dimanche 25 février 2024, le diocèse de Dori (région du Sahel du Burkina) porte à la connaissance de...

CEDEAO : levée des sanctions, Mohamed Bazoum lâché

Mohamed Bazoum résidence surveillée

Ouagadougou: meurtre d’un soldat, le présumé assassin aux arrêts

Dans la nuit du 23 au 24 février 2024 aux environs de 04 heures, la Brigade Ville de Gendarmerie de Sig-Noghin relevant de la...

Transformation de tomate au Burkina : les travaux de construction de l’usine en marche

Le Directeur de cabinet du Président de la Transition, le Capitaine Martha Céleste Anderson Médah, a effectué, le vendredi 23 février 2023, une visite...
spot_img

Autres articles

Burkina : Un culte d’action de grâce pour célébrer les 20 ans d’existence de Compassion International

La célébration des 20 ans d’existence de l’ONG Compassion International Burkina a pris fin le 24 février 2024, avec un culte d’action de grâce ...

Dori : la communauté catholique d’Essakane-village victime d’une attaque terroriste

Dans un communiqué en date du dimanche 25 février 2024, le diocèse de Dori (région du Sahel du Burkina) porte à la connaissance de...

CEDEAO : levée des sanctions, Mohamed Bazoum lâché

Mohamed Bazoum résidence surveillée

Ouagadougou: meurtre d’un soldat, le présumé assassin aux arrêts

Dans la nuit du 23 au 24 février 2024 aux environs de 04 heures, la Brigade Ville de Gendarmerie de Sig-Noghin relevant de la...

Transformation de tomate au Burkina : les travaux de construction de l’usine en marche

Le Directeur de cabinet du Président de la Transition, le Capitaine Martha Céleste Anderson Médah, a effectué, le vendredi 23 février 2023, une visite...