Home A la une Burkina mines: Transport “frauduleux” de minerais sur le site de manganèse de...

Burkina mines: Transport “frauduleux” de minerais sur le site de manganèse de Tambao, province de l’Oudalan, région du Sahel

Mine Tambao Transport Frauduleux
Image d'illustration
Le site de manganèse de Tambao est un grand gisement situé dans la province de l’Oudalan, région du Sahel. C’est l’un des sites les plus importants de la planète pour ce minerai. Avec des réserves estimées à 107 millions de tonnes à forte teneur et une production annuelle possible de 3 millions de tonnes, cette mine a connu un imbroglio juridique et politique en 2014. Aujourd’hui, rétrocédée à l’Etat burkinabè, la mine attend un repreneur mais depuis quelques des activités illicites se mènerait autour de cet important minerai.
Depuis plusieurs jours des personnes non identifiées transportent des minerais du manganèse de Tambao dans la province de l’Oudalan région du Sahel selon des témoignages à Libreinfo.net. Après vérifications auprès de plusieurs autorités de la province et régionales, celles ci ne sont pas informées d’une autorisation quelconque délivrée à ces individus. Néanmoins, elles confirment les mouvements suspects dénoncés par les populations surtout du département de Markoye.
 
Un camion plein de minerais est tombé en panne jeudi dernier à l’intersection de la route de Tambao et la RN3 indique une autre source à Libre info.
 
Les populations riveraines du site de manganèse de Tambao dénoncent une activité “illicite” et menacent de s’en prendre aux individus qui pratiquent ce transport de minerais.
 
La mine de manganèse de Tambao a fait l’objet d’un contentieux entre la société Pan African Minerals, précédemment détenue par Frank Timis, et l’Etat burkinabè. Le 11 mai 2018, une ordonnance du tribunal arbitral de la Chambre de commerce internationale de Paris (CCI Paris) donnait carte blanche au Burkina pour résilier le permis minier des sociétés du milliardaire australo-roumain Frank Timis, avec qui le conflit dure depuis 2015.
 
Le site est désormais la propriété de l’Etat burkinabè.« Désormais, nous travaillons sur les études de faisabilité et sur le scénario d’exploitation du gisement »avait déclaré l’ancien ministre des mines Oumarou Idani. Il ajoutait que : « L’exploitation du manganèse n’est pas complexe en soi. Elle consiste en une opération de dynamitage et de concassage. La principale contrainte relative à ce projet porte sur le transport. Même si nous arrivions à faire le traitement du minerai sur le site, il faut tout de même transporter 50 millions de tonnes. La question de la logistique est essentielle. »