Home Culture Burkina/Musique : le groupe Ouagadez lance l’album «De Ouaga à Agadez »

Burkina/Musique : le groupe Ouagadez lance l’album «De Ouaga à Agadez »

Musique album Burkina
Le groupe Ouagadez pour l'intégration

Le lancement de l’album «De Ouaga à Agadez », du groupe Ouagadez a eu lieu le jeudi 8 avril 2021 à Ouagadougou à la maison de production Nôm Roogo sis au quartier Wemtenga. L’album est composé de neuf titres dont “Yoja Nissan” qui veut dire la connaissance en Tamatchèque.

Par Rama Diallo, stagiaire

Le groupe Ouagadez est composé de deux burkinabés et de deux nigériens : Souleymane Ouédraogo alias Maoré (joueur de basse), Saikou Baldé alias Cheik (joueur de batterie), Mohamed Emoud alias Lalotan, Ousmane Emoud alias Atoundou tous deux (guitariste et chanteur).

Le lancement de l’album «de Ouaga à Agadez » a eu lieu le jeudi 8 avril 2021 à Ouagadougou à la maison de production Nôm Roogo sis au quartier Wemtenga. L’album est composé de neuf titre dont “Yofa Nissan” qui veut dire la connaissance en Tamatchèque. Tous les titres sont chantés en tamatchèque. Le cinquième titre « keltamadri » qui veut dire la jeunesse est un featuring avec le reggae man ONASIS qui chante en mooré.

Ouagadez est un groupe né en 2018 de la rencontre de deux pays, le Burkina Faso et le Niger. Il est le premier groupe à proposer une fusion musicale entre la musique touareg et burkinabè.  « Convaincu que la musique est le moyen efficace de véhiculer des messages, Ouagadez a été créé dans le but de valoriser les cultures africaines, de promouvoir les échanges entre les cultures et de valoriser l’ouverture à l’autre » explique Mahamadi Compaoré, directeur général de Nôm Roogo production.

« Dans un contexte d’insécurité dans les deux pays, un groupe comme Ouagadez peut transmettre des valeurs telles que la solidarité, le vivre-ensemble et faire évoluer les mentalités sur l’acceptation des différentes nationalités », assure Mahamadi Compaoré.

Les thèmes abordés dans l’album sont entre autres l’immigration, l’insécurité et l’amitié. L’objectif premier du groupe actuellement, c’est de faire écouter l’album aux populations, au monde entier et de toucher les cœurs pour que le monde retrouve la paix et la cohésion sociale.

« Cette fusion, c’est pour montrer à toute l’Afrique que nous sommes les mêmes. Que la personne porte le turban ou garde ses cheveux cela ne change rien, elle reste un homme comme nous. C’est seulement la culture ou l’habillement qui diffère », dixit le directeur général de Nôm Roogo production

Sur le logo de l’album il y a un baobab, des chameaux et des dunes de sable pour symboliser la collaboration entre le Burkina Faso et le Niger

www.libreinfo.net