spot_img
spot_img

SNC 2024 : Les troupes finalistes de Ziniaré affûtent leurs armes

Publié le : 

Publié le : 

Avant le déplacement à la Semaine nationale de la culture (SNC) Bobo 2024, qui se déroulera du 27 avril au 4 mai 2024, les troupes finalistes de Ziniaré affûtent leurs armes. Dans la première partie de ce reportage, libreinfo.net a fait le constat.

Par Natabzanga Jules Nikièma

18h30mn  au Cercle d’initiatives et de concertation de l’Oubritenga (CICO) dans le plateau central. Sur le podium, deux groupes de danseurs apprennent des pas de danse sous la direction de deux encadreurs.

Rasmané Congo, percussionniste et responsable de la troupe arrive quelques instants après nous.

Il prend aussitôt son tambour et se met à le taper. L’entraînement commence et dure une quinzaine de minutes suivie d’une suspension.

« Nous pensons qu’avec la petite expérience acquise, la troupe est prête pour remporter le trophée » affirme Rasmané Congo avec optimisme.

Créée depuis 2016, la troupe “Djiguiya” est à sa deuxième participation à la SNC. Elle est composée majoritairement d’élèves et  compte plus d’une quinzaine de membres. Sandrine Soalla est l’une des neuf danseuses de la troupe.

Après quelques gestes techniques sous la direction de son leader, Sandrine est essoufflée. Néanmoins, elle nous affirme  : « A la SNC, il y a beaucoup de troupes et la compétition est rude.»

La région du Plateau Central compte neuf troupes en Arts du spectacle qualifiées à la SNC 2024 à l’issue des phases éliminatoires régionales tenues du 17 au 23 octobre 2023.

A 20h30, le Centre de lecture publique et d’animation culturelle (CELPAC) de Ziniaré nous accueille. La troupe de danse traditionnelle warba «Nabita de Tamissi», est enfin réunie au complet pour démarrer sa répétition.

Patrice Ilboudo, danseur, déclare être membre de la troupe depuis une trentaine d’années.

Il dit être revenu dans la troupe par manque de relève. Avec ses camarades, ils esquissent quelques pas de danse au rythme d’une musique instrumentale à base de tambours et de castagnettes.

« Nos répétitions se font le jour où la troupe est complète. Nos regroupements pour l’instant sont difficiles car l’ensemble des membres exercent dans le secteur informel et mènent d’autres activités que la danse » indique Patrice Ilboudo, l’air déçu.

L’accoutrement, la difficulté majeure de «Nabita de Tamissi»

La troupe relève de la catégorie Danse traditionnelle Pool Adulte. Lors des phases finales régionales, les observations du jury concernant la prestation de la troupe ont porté  essentiellement sur la tenue vestimentaire.

La troupe «Nabita de  Tamissi» est à sa 13e participation à la SNC. Elle s’entraîne deux fois par semaine pour le «moment», selon ses responsables

Saïdou Compaoré, un danseur, est le trésorier et le responsable adjoint de la troupe «Nabita de Tamissi».

« L’accoutrement demande assez de moyens mais nous n’en disposons pas » déplore Saïdou Compaoré.

Dans son palmarès, la troupe «Nabita de Tamissi» a déjà remporté le trophée dans sa catégorie et a été classée aussi demi-finaliste.

Elle joue aussi de la musique instrumentale. « Du côté instrumental, tout n’est pas prêt » précise Saïdou Compaoré.

Les troupes finalistes relèvent de la province de l’Oubritenga avec une grande majorité qui provient de la commune de Ziniaré.

La mairie s’investit à accompagner lesdites troupes. Dans le cadre des préparatifs, une rencontre de félicitations et d’encouragement s’est tenue avec les troupes finalistes. Une feuille de route pour l’accompagnement avait alors été élaborée.

(Lire la suite demain)

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...
spot_img

Autres articles

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...