spot_img
spot_img

Burkina : La SONATUR s’engage à  satisfaire davantage la demande de parcelles viabilisées

Publié le : 

Publié le : 

La Société nationale d’aménagement des terrains urbains (SONATUR), s’est entretenue, ce vendredi 26 avril 2024, à Ouagadougou avec des journalistes. Au menu,  le point du processus de mobilisation des terres et de viabilisation et la mise en œuvre d’activités sociales aux bénéfices des riverains du site SONATUR.

Par Prisca Konkobo

La SONATUR, boostée par la promulgation de la loi portant sur la promotion immobilière par le Capitaine Ibrahim Traoré, s’est engagée à davantage satisfaire la demande de parcelles viabilisées.

Elle affirme avoir une nouvelle dynamique de mobilisation foncière, d’aménagement, de viabilisation et de commercialisation.

Ce qui  lui a permis de vendre «2000 parcelles  en neuf mois», selon Dominique Nikiema, le directeur commercial et marketing de la société.

«De juillet 2023 à avril 2024, la SONATUR a commercialisé les parcelles des sites de Ziniaré, Silmiougou, Garango, Tougan et Orodara», ajoute-t-il.

La SONATUR, selon Dominique Nikiema, joue un rôle important dans la société.

En ce sens, dit-il: «Les projets de la SONATUR (…) permettent aux propriétaires terriens et aux personnes vivant sur les sites d’avoir des parcelles loties avec des documents sûrs à travers la création des trames d’accueil. Ce qui permet de réduire la création des habitats spontanés ».

«Ils contribuent également à la création d’emplois et au développement des localités avec la construction de nouveaux bâtiments dans les zones viabilisées», ajoute-t-il.

La SONATUR a également engagé  des actions au profit des populations.

Elle a réalisé deux forages à Garango, deux forages à Silmiougou, un centre de santé à Dédougou, deux forages, un csps et une école au secteur 13 de Bobo Dioulasso.

La société consciente des enjeux humanitaires auxquels le Burkina Faso a «fait un don de vivres aux PDI à Ziniaré, Garango, Orodara et Silmiougou». 

Des difficultés rencontrées 

La SONATUR rencontre des difficultés dans la mise en oeuvre de sa politique de viabilisation et de vente des terrains.

Ainsi, par exemple, les bénéficiaires des parcelles de certaines trames d’accueil  de la SONATUR se plaignent du manque d’eau et d’électricité.

Selon Adja kontogomdé, conseillère des affaires juridiques et du contentieux de la SONATUR, l’eau et l’électricité ne sont pas du ressort de la société.

«Nous on ne fait pas amener l’eau et l’électricité. Les trames sont comme un lotissement de la mairie. C’est dans les projets d’extension de la SONABEL et de l’ONEA que toutes les trames pourront avoir l’eau et l’électricité», explique-t-elle.

De plus, la SONATUR évoque des difficultés dans les négociations afin d’acquérir les terrains.

«Ce sont de longues négociations et des rebondissements permanents. Vous pouvez rencontrer des gens avec qui vous discutez 6 mois. Une année après, il y a des rebondissements, parce que les vrais propriétaires terriens apparaissent. Ce n’est jamais un acquis définitif», affirme Dominique Nikiéma.

«Mais avec les échanges on arrive à trouver des solutions», rassure Adja kontogomdé.

Par ailleurs, les prix des parcelles de la SONATUR sont souvent critiqués. A cet effet, Dominique Nikiema donne des explications : «les prix de la SONATUR sont très étudiés. Nous devons réaliser de la voirie, l’assainissement, nous devons offrir un cadre agréable à nos clients, nous devons payer nos partenaires aussi. Les prix sont vraiment étudiés».  

La SONATUR est une société d’État et ne s’enrichit pas sur le dos des populations. Ce qu’elle gagne en terme de bénéfices lui permet de se redéployer dans d’autres zones, expliquent les conférenciers du jour.

Tout compte fait, l’engouement de la population est toujours notée. Et «on a même des plaintes de la diaspora qui trouve qu’on ne regarde pas suffisamment vers eux», indique Adama Seré.

À court terme, la SONATUR compte se «redéployer à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Silmiougou et Ouahigouya», indique Adama Seré, conseiller principal du DG de la SONATUR.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...
spot_img

Autres articles

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...