Home Sécurité Burkina terrorisme : « Nous entendons les cris des habitants de Djibo...

Burkina terrorisme : « Nous entendons les cris des habitants de Djibo »(Lt-col. Daba Naon)

0
Lt-col. Daba Naon_Burkina terrorisme
Le Lieutenant-colonel Daba Naon, porte-parole du MPSR lors de la première conférence de presse du Mouvement le 26 février 2022 à Ouagadougou/SIG

Vu la complexité du phénomène du terrorisme au Burkina Faso, toutes les forces vives de la Nation sont invitées à se lever comme un seul homme, pour résorber le problème. C’est la déclaration du lieutenant colonel Daba Naon du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), lors d’une conférence de presse tenu ce 26 février 2022 à Ouagadougou. Elle a été organisé pour donner les grandes lignes de la tenue des Assises nationales, dans le cadre de l’adoption de la charte de la transition et de l’investiture de Président de la transition le lundi 28 février 2022.  

Par Nicolas Bazié

Le terrorisme au Burkina Faso a presqu’atteint son paroxysme. Beaucoup de zones sont occupées et les populations subissent les conséquences de cette occupation. C’est notamment le cas de Djibo qui agonise en ce moment, laissant ses habitants dans une impasse. « Nous entendons les cris des habitants de Djibo et nous sommes en train de travailler à cet effet, pour reprendre les territoires qui sont dans les mains des terroristes », a laissé entendre le Lieutenant-colonel Daba Naon , lors d’un entretien avec les journalistes ce 26 février à Ouagadougou.  

Le pays selon le Lieutenant-colonel Naon, a besoin d’un gouvernement et des organes pour pouvoir avancer à grand pas. A l’entendre, une opinion a estimé que la question du terrorisme pourrait être résolue en 2 ans. « Mais en 2 ans, il faut d’abord des préalables », a-t-il dit, signifiant qu’une chose est certaine, « les territoires occupés seront repris ». 

Dans le  même temps, l’homme du MPSR a tenu à ce que les Burkinabè sachent que la résolution des questions sécuritaires a besoin d’une patience et d’une bonne préparation. C’est pourquoi, il déclare que : « Le MPSR est venu au pouvoir le 24 janvier 2022 et ne peut pas mettre fin au terrorisme le 25 février 2022 ». Cependant, les soldats au front engrangent des résultats, selon ses indications. « Mais nous avons décidé de ne pas faire une guerre de communication », a-t-il précisé. 

Au nom  président du MPSR, le Lieutenant-colonel Paul Henri Damiba qui sera investi Président de la transition dans les prochains jours, le Lieutenant-colonel Daba Naon dit savoir que lors des Assises, il y aura sans doute des divergences sur certains points. Mais il appelle tous les participants à privilégier l’essentiel. « Nous voulons que ces assises permettent de faire une véritable refondation de la Nation », a-t-il conclu. 

www.libreinfo.net

 

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
27 − 11 =