Accueil Politique Burkina-UE: le chef de la délégation de l’Union européenne et Zéphirin Diabré...

Burkina-UE: le chef de la délégation de l’Union européenne et Zéphirin Diabré parlent de la présidentielle de 2020

Le nouveau chef de la délégation de l’union européenne (UE) au Burkina Faso, l’ambassadeur Wolfram Vetter, a été reçu en audience par Zéphirin Diabré, le chef de file de l’opposition politique burkinabè, cet après du mercredi 16 octobre 2019. C’est une visite de courtoisie que « j’entreprends avec les personnalités politiques du pays », a dit le diplomate de l’UE.

Un peu plus de deux mois après le départ de Jean Lamy, l’ex-ambassadeur de l’Union européenne au Burkina Faso qui a présenté son au revoir et l’état des relations euro-burkinabè au Président du Faso Roch Kaboré, le 6 août dernier ; c’est le tour de Wolfram Vetter, le nouvel ambassadeur de la même institution, de se rendre à la maison commune de l’Opposition politique burkinabè, pour une prise de contact dit-il. « Ça fait deux semaines que je suis arrivé. Je suis content d’être reçu par le chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré. C’est une prise de contact, et cela m’a donné l’opportunité d’apprécier le système démocratique du Burkina Faso qui est jeune et vivant. »

À moins d’une année de l’échéance électorale, l’objectif de l’Union européenne, est de suivre et d’accompagner le processus électoral, parce que « le Burkina Faso est un partenaire très cher pour nous et on partage les mêmes principes et les valeurs. On travaille très bien ensemble sur la chaîne internationale, sur le changement climatique », a déclaré l’ambassadeur au sortir de l’entrevue.

Élections de 2020 : l’Union européenne va apporter une contribution d’un certain niveau

Cette visite de courtoisie réjouit Zéphirin Diabré, le Chef de file de l’opposition politique, qui se félicite déjà du niveau des échanges : « Nous avons échangé sur la coopération qui lie le Burkina Faso à l’Union européenne. J’ai saisi cette occasion pour le remercier, lui et son institution pour l’ensemble des appuis qu’ils ont toujours donnés à notre pays ». La situation sécuritaire et les élections présidentielle et législative de 2020 ont été abordées de l’avis de Zéphirin Diabré : « Nous avons aussi évoqué la situation actuelle de notre pays, notamment les aspects sécuritaires, des appréciations de part et d’autre ; la manière dont il appréhende cette situation. Nous avons aussi évoqué les échéances de 2020 pour lesquelles j’ai pu comprendre qu’avec d’autres bailleurs de fonds, l’UE va apporter une contribution d’un certain niveau. »

L’UE apporte une contribution au PNDES à hauteur de 850 millions euros (près de 558 milliards) sur la période 2016-2020

L’Union européenne et le Burkina Faso entretiennent depuis 1959, un dialogue politique étroit, mené dans le cadre des dispositions de l’Article 8 de l’accord de Cotonou (Traité de Lisbonne et l’Accord de partenariat ACP-UE, connu comme Accord de Cotonou). Cette coopération porte sur les questions d’intérêt mutuel et prend principalement en compte, les questions de paix et sécurité, les stratégies de coopération, le commerce, les politiques publiques et l’égalité hommes et femmes.

En 2017, l’Union européenne est déclarée premier donateur d’aide publique au développement du Burkina Faso en termes de dons. Elle dit contribuer à la mise en œuvre du PNDES à hauteur de 850 millions euros sur la période 2016-2020.
La coopération est pilotée par le Programme indicatif national (PIN), financé par le Fonds Européen de Développement (FED), principal instrument financier de l’Union européenne pour l’aide au développement des pays ACP.

Siébou Kansié
ksiebou@gmail.com
www.libreinfo.net