Accueil A la une CAMEG:”le Tenofovir est maintenant disponible, le stock sera renforcé dans les jours...

CAMEG:”le Tenofovir est maintenant disponible, le stock sera renforcé dans les jours à venir” Dr Rèma Ramdé, Directeur Commercial et marketing

Une vue de la CAMEG,Ph. CAMEG
Une vue de la CAMEG,Ph. CAMEG

Le jeudi 24 septembre,Libreinfo.net publiait un reportage sur la rupture de certains produits à la CAMEG. Ce reportage faisait suite à un constat du journal alerté par plusieurs patients. Suite à ce reportage la direction commerciale et marketing de la CAMEG a bien voulu apporter des explications. Le Directeur Commercial et Marketing,Dr Rèma Ramdé a expliqué à Libre info les raisons de ce dysfonctionnement. Entretien.

Propos recueillis par La Rédaction

Libreinfo.net: Depuis quelques jours des patients se plaignent de rupture de médicaments à la CAMEG, vous confirmez ?

Dr Rèma Ramdé :Il ne s’agit pas de rupture à proprement parler, mais d’une tension de stock sur certains de nos produits et c’est des situations qu’on rencontre malheureusement souvent dans toute gestion de stock mais nous travaillons déjà à apporter rapidement des réponses appropriées pour éviter la rupture.

Libreinfo.net :quels sont les produits en tension de stock ?

Dr Rèma Ramdé: Nous pouvons citer le cas du Parégorique et du Tenofovir qui font l’objet des plaintes des patients. Mais le Tenofovir est maintenant disponible.

Des plaintes sont également enregistrées sur certains   médicaments de spécialité qui ne relèvent pas de la gamme CAMEG. La CAMEG s’occupe de la gamme des médicaments génériques

Libreinfo.net: comment expliquez-vous cette rupture ?

Dr Rèma Ramdé : Comme je le disais plus haut, il ne s’agit pas pour le moment d’une rupture. Mais, de façon générale, les ruptures sont liées au contexte de la Covid-19 qui a entraîné la fermeture de nombreuses usines de fabrication des médicaments pendant des mois et un ralentissement important du fret pour l’expédition des produits. Pourtant la majorité de nos produits sont importés de l’Asie, où la pandémie a commencé. Cette situation concerne tous les pays du monde et non spécifiquement le nôtre. Les usines reprennent progressivement leurs activités, mais ne sont pas encore au rythme souhaité. On constate également une reprise timide du fret ces dernières semaines, mais les commandes restent difficiles à honorer au plan international aussi bien pour ce qui concerne les matières premières que les produits finis, c’est à dire les médicaments. C’est le cas du Parégorique dont la matière première fait défaut.

La deuxième cause des ruptures est aussi une tension de trésorerie. En effet, du fait de l’augmentation du prix des matières premières, dès qu’un stock de médicament est disponible chez le fournisseur, il est clair qu’il privilégie naturellement les clients à jour de leurs factures. Donc, si nous n’avons pas une trésorerie confortable qui nous permette d’honorer nos dettes fournisseurs, nous aurons toujours nos produits après les autres.

Libreinfo.net :Qu’est-ce que la CAMEG fait face à cette situation ?

Dr Rèma Ramdé: Analysant le risque dès les premières heures de la pandémie, la CAMEG a anticipé en mettant en place un plan d’urgence depuis le début. Cela nous a permis de relever le niveau des stocks des produits d’intérêt pour la santé publique avant que la situation ne se complique. Des expéditions aériennes ont été ainsi faites par certains de nos fournisseurs habituels et d’autres fournisseurs recherchés activement dans les pays non affectés au début de la maladie nous ont permis de relever globalement le niveau de nos stocks. Ainsi, au moment fort de la psychose de la Covid19, nous n’avons pas connu de problème de stock (ou de disponibilité) de médicaments à la CAMEG. Au contraire, nous avons enregistré les meilleurs taux de disponibilité. Nonobstant les tensions de stock que nous observons par moment, les niveaux de stocks actuels sont globalement satisfaisants. Les efforts se poursuivent pour résorber ces tensions sporadiques de stocks

Libreinfo.net: Pendant combien de temps va durer cette situation ?

Dr Rèma Ramdé: Pour ce qui concerne le Parégorique, ce produit ne figure pas dans la liste nationale des médicaments essentiels mais est commandé par la CAMEG pour répondre à la forte demande des consommateurs. Beaucoup de pays ne fabriquent plus ce produit et nous ne sommes pas sûrs de l’obtenir maintenant. Par conséquent, nous suggérons aux patients et prescripteurs, en lieu et place du parégorique, l’alternative du lopéramide qui est bien efficace, moins cher et disponible actuellement dans nos stocks.

Quant au Tenofovir utilisé pour le traitement de l’hépatite B, le produit est déjà disponible et le stock sera renforcé dans les jours à venir. La tension ayant duré plus de trois semaines, à l’entrée du produit, les patients ont pris d’assaut nos services et malgré le renforcement de nos postes de distribution à la Trypano, nous avons eu du mal à satisfaire en quantité tous les patients au cours de la première semaine.

En effet, à cause de la tension de stocks pour ce produit, nous avions entrepris de rationner les ventes du produit de sorte à permettre à chacun d’avoir une petite quantité c’est-à-dire une boite correspondant à un traitement d’un mois, le temps pour nous de rehausser le niveau de notre stock.

Libreinfo.net :Que pensez-vous de ceux qui disent qu’il faut ouvrir l’approvisionnent aux acteurs du privé ?

Dr Rèma Ramdé:  Nous sommes convaincus que la CAMEG joue un rôle très capital dans l’accessibilité des médicaments par les populations sur tout le territoire national.  En réalité, c’est la raison d’être même de la CAMEG et nous pensons que l’Etat ne s’est pas trompé en faisant d’elle un partenaire privilégié de la mise en œuvre de la politique sanitaire nationale. Grace à la CAMEG, les prix des produits restent à un niveau maitrisé et le maintien des prix de nos médicaments malgré la flambée des prix au niveau mondial avec la COVID 19 en est une parfaite illustration.

Aussi, vous pourrez constater également que d’énormes efforts sont faits par la CAMEG pour que les prix des produits soient les mêmes dans toutes les localités du Burkina Faso. Le prix d’un produit en ville est le même en campagne malgré toutes les charges que cela peut engendre en terme de logistique. Par exemple, le tenofovir revient nettement moins cher avec la CAMEG et par le jeu de la péréquation, il est servi au même prix à Ouagadougou que dans n’importe quelle partie du territoire national. Et ça, vous ne pourrez le faire qu’à travers l’existence un instrument comme la CAMEG.

Libreinfo.net: Des patients demandent à ce que les produits soient distribués en province, que dites-vous ?

Dr Rèma Ramdé: Le produit est déjà disponible dans toutes les agences de la CAMEG dans les régions.  Les attroupements étaient dus au fait que l’agence de Ouaga sise à la Trypano avait reçu son stock avant les autres du fait de sa proximité avec les magasins centraux. Les patients n’ont donc pas besoin de faire le déplacement à Ouagadougou pour obtenir leur médicament.

Du reste dès que les stocks seront suffisants pour ce produit, nous envisageons de transférer ce produit dans le circuit habituel de dispensation à travers les officines pharmaceutiques, les districts sanitaires et les hôpitaux. Cela va rendre ce produit beaucoup plus accessible géographiquement.

Libreinfo.net: Faut-il craindre dans les jours à venir la rupture de certains produits ?

Dr Rèma Ramdé: La crainte est réelle au niveau international et pas seulement au Burkina Faso. Cependant, notre anticipation nous permet aujourd’hui de rassurer la population. Nos stocks sont confortables et devraient donc tenir jusqu’à la normalisation de la situation au niveau international. Nous avons l’espoir que le pire est bien derrière nous.

Libreinfo.net: Pourquoi ne pas demander le ravitaillement dans d’autres pays qui en disposent ?

Dr Rèma Ramdé: Notre plan d’urgence prend déjà en compte cette option. Autant, il nous arrive de dépanner des centrales d’achat sœurs en difficulté, autant Nous explorons aussi les possibilités de dépannages auprès d’autres centrales membres de l’Association Africaine des Centrales d’Achats de Médicaments Essentiels (ACAME) mais, il faut reconnaitre que ce n’est pas toujours évident dans le contexte actuel, car tous les pays se sont retrouvés confrontés au problème de disponibilité. C’est d’ailleurs ce qui explique que les fournisseurs peinent à satisfaire totalement tous les pays au même moment et se voient obligés d’expédier de petites quantités partout, le temps de retrouver l’équilibre entre la production et la demande.

Libreinfo.net: Au regard de la situation, qu’est-ce que vous conseillez aux patients ?

Dr Rèma Ramdé : Nous demandons aux patients de rester confiants car la CAMEG ne ménagera aucun effort pour satisfaire leurs besoins en produits essentiels. Nous souhaitons aussi qu’ils adhèrent aux dispositifs ou mesures conjoncturelles que nous sommes souvent amenés à prendre pour leurs intérêts. Dans un contexte de tension de stocks, nous procédons par le rationnement du stock en servant une boîte à chacun au fur et à mesure, le temps de disposer de suffisamment de stocks. Pour le tenofovir, le retour à la situation normale ne saurait tarder encore.

Est ce que les services médicaux savent qu’il y a tensions de stock sur certains produits à la CAMEG ?

Dr Rèma Ramdé : Notre devoir de redevabilité nous oblige à faire le point sur l’état mensuellement de nos stocks au Ministère de la Santé.

Dans ce point, nous indiquons par produit la quantité disponible, la période couverte, les commandes en cours, etc. Bref toutes les informations relatives à chaque produit y sont précisées.

Aussi, nos équipes commerciales sont en contact avec nos clients et les informations sur les stocks sont constamment partagées. Nous tenons également informés les prescripteurs sur la situation des produits. Néanmoins, nous travaillons toujours à renforcer cette communication.

Par ailleurs, nous profitons de votre micro pour lancer un appel à ceux qui doivent à la CAMEG de faire l’effort dans le règlement des créances. Comme indiqué plus haut, un bon niveau de trésorerie permet de résoudre plus facilement le problème de tension de stocks.

Enfin, nous rassurons tous les usagers des services de la CAMEG que tout est mis en œuvre pour assurer la disponibilité et l’accessibilité des produits de qualité à toutes la population. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter vraiment.

www.libreinfo.net