Home Interviews exclusives CAN 2022: « Le match avec le Cameroun est un match mental et...

[Interview]CAN 2022: « Le match avec le Cameroun est un match mental et psychologique…les entraîneur sont au courant (Boureima Maïga)

0
CAN 2022 Boureima Maïga
Boureima Maïga,directeur sportif de Salitas FC,Burkina Faso

Les Etalons joueront leur premier match de la CAN 2022 le 9 janvier 2022. Ils ouvriront la compétition avec le pays organisateur qui est le Cameroun. Boureima Maïga, ancien joueur de l’équipe nationale, directeur sportif de Salitas Fc, donne sa lecture sur les chances qu’ont les étalons face aux grandes nations de football à cette Coupe d’Afrique des Nations.

Par Rama Diallo

Libreinfo.net: Comment voyez-vous l’organisation de la CAN au Cameroun ? 

Boureima Maïga : il y a des gens qui voulaient tout faire pour que ça ne marche pas. C’est quand même grave parce que c’est la seule compétition qu’on a. Le Cameroun n’était pas prêt mais maintenant, il est prêt. Pour moi, l’organisation a été assez bien. Parce que le Cameroun a eu suffisamment le temps pour préparer cette CAN. Il faut qu’on joue. Des gens disent qu’à cause de la COVID-19, la CAN doit être reportée. Je ne suis pas d’accord.  On  joue le championnat européen, on joue la champion league. Je ne vois pas ce qui peut bloquer les africains à jouer la CAN. Je pense que le Cameroun est prêt. Mais sur le plan sanitaire, il doit prendre beaucoup de précautions pour limiter la propagation de la COVID-19. 

Libreinfo.net : la CAN commence aujourd’hui  dans quelques heures. Quelle appréciation faites-vous de l’équipe nationale ? 

Boureima Maïga : Je pense que l’équipe nationale a été assez bien formée. Les joueurs sont allés se faire former à Dubaï.  Je pense que c’est bien de changer d’air. Parce que chaque fois, c’est au Maroc qu’ils partaient. 

Sur le plan psychologique, cela est bien. Étant là-bas, ils ont joué deux matchs et tout s’est plus ou moins bien passé. Le premier match, ils ont fait match nul et le deuxième match ils ont gagné 3-0 face à l’équipe du Gabon qui est mentalement touchée. 

Il faut le dire pour ne pas se tromper.  L’équipe est touchée par la COVID-19. Je crois que plusieurs équipes sont aussi touchées par la COVID-19. Dieu merci nos joueurs ont été testés positifs et ils ont rejoint l’équipe ce matin. Je pense que cela va être difficile d’aborder le premier match. Bertrand Traoré, le capitaine emblématique de l’équipe n’a pas eu la chance de faire une préparation avec l’équipe nationale depuis très longtemps. L’Etat a mis les moyens et il y a tout ce qu’il faut à côté. Je ne pense pas encore qu’il y ait des excuses. Lors des préparations de la coupe du monde, l’entraîneur avait dit que c’était pour préparer la coupe d’Afrique. 

Cependant, si on change l’équipe actuelle, cela risque d’être fatal. Parce que nous avons une bonne équipe. Ils ont joué huit matchs et il n’y a pas eu de défaite. Je pense que maintenant, c’est la place à la compétition et on espère avoir un bon  résultat au premier match. 

Libreinfo.net : pourquoi chaque fois il faut quitter le pays pour aller faire les entrainements? Le problème des infrastructures n’est -il pas encore réglé?

Boureima Maïga : C’est dommage qu’un pays qui a joué plusieurs fois la demi-finale et la coupe du monde n’ait pas un seul bon terrain. Ces dernières années, nous occupons une bonne place au niveau des classements africains c’est vraiment dommage qu’on ait pas d’infrastructures. 

Les clubs sont mieux que l’équipe nationale. Salitas et Rahimo ont des infrastructures assez acceptables. Si vous voyez les résultats de leurs joueurs, ce n’est pas étonnant. Que ce soit Edmond Tapsoba, Lassina  et autres. Lorsque l’Etat a mis les moyens pour construire les infrastructures, cela n’a pas été fait correctement. Et il n’y a jamais eu de sanctions. Tous les pays qui ont été sanctionnés, leurs stades sont déjà prêts sauf le Burkina. 

L’argent qu’on dépense en allant à l’extérieur peut largement construire de bonnes infrastructures ici. Il faut que les gens se mettent au sérieux pour travailler. Sinon, on ne pourra pas toujours aller dépenser de l’argent chez les autres. 

Libreinfo.net: le Burkina Faso joue son premier match avec le Cameroun, le pays organisateur qui est un grand pays en matière de football. Est-ce une pression ou une opportunité ?

Boureima Maïga : La pression est surtout sur le Cameroun. Samuel Eto’o vient de prendre la tête de leur fédération de football. Son objectif est de gagner  le premier match pour se mettre en confiance.

Ils vont tout faire pour nous gagner. Les étalons doivent profiter de cette pression. Nous n’avons pas la pression. Je pense que nous devons jouer intelligemment. Mais ce qui m’inquiète, c’est que 90% de nos joueurs c’est leur première CAN. Néanmoins, nos joueurs jouent bien. 

Avec l’Algérie, ils ont fait un bon match. Tout le monde nous prend pour la surprise de la CAN. De notre côté, tout le monde parle de la finale. Alors qu’on ne part jamais favoris. On va étape par étape pour pouvoir créer la surprise comme en 2013 et en  2017.

Il faudrait que les entraîneurs préparent  psychologiquement les joueurs à ça. Il faut qu’ils arrivent à évacuer le stress. C’est vrai qu’on veut aller en finale mais ils doivent se libérer de cette idée. Afin qu’il puissent mieux se concentrer. 

Nous ne sommes pas dans le top 10 africain. C’est pour dire qu’il y a des gros calibres devant nous. Je demande aux Etalons d’aller étape par étape. Pour le moment, je ne nous vois pas parmi les favoris. Mais je pense que les gens ont peur de nous. 

Libreinfo.net: quels conseils pouvez- vous donner aux Etalons et à leur staff?

Boureima Maïga : je demande à leur staff et à tout le monde de ne pas leur mettre la pression. Je demande aux Etalons de jouer comme ils ont joué contre l’Algérie le champion d’Afrique. Qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. Et qu’ils jouent avec l’esprit d’équipe. 

On a pas obligatoirement besoin de gagner le premier. Avec un match nul nous pouvons nous qualifier avec les deux autres matchs. Je demande aux joueurs de jouer sans pression. Parce que s’ils se mettent la pression, on risque de passer près de l’objectif. 

Le match avec le Cameroun est un match mental et psychologique et je pense que les entraîneur sont au courant. Je crois qu’ils vont travailler cela. Mais j’espère que l’entraîneur ne va pas changer d’équipe. S’il fait ça, cela risque de jouer sur l’équipe. 

Libreinfo.net: quelles sont les chances des étalons à cette CAN ? 

Boureima Maïga : on a notre chance. Pourquoi je dis ça? Aujourd’hui, on a une génération qui a envie de prouver aussi qu’elle  est meilleure. Avec le match contre l’Algérie et la Côte d’Ivoire, ils ont produit de bon résultats. On a de très bons joueurs comme Edmond Kaboré, Fabrice, Fayçal  et autres. Ils ont envie d’écrire leur histoire. 

Je pense qu’on a notre chance. Mais je ne peux pas dire qu’elle est trop. Notre chance pour arriver en demi-finale, est très minime. Les favoris sont le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Egypte, l’Algérie, le Maroc, le Nigeria etc. Nous venons en second plan. Maintenant, tout peut arriver. Mon souci est qu’on a jamais gagné une grande nation depuis l’arrivée de Kamou Malo. On a fait moins de défaites mais on n’a pas encore gagné une grande nation. Alors que pour arriver en demi-finale ou en finale, il faut passer par cette étape. Avec l’Algérie, c’était un match nul. Avec la Côte d’Ivoire, on a perdu. Contre le Maroc , on a perdu.

Libreinfo.net: Est-ce que vous voulez dire que Kamou Malo n’est pas à la hauteur ?

Boureima Maïga : Non ce n’est pas cela! L’entraîneur a dit qu’il est en train de construire une nouvelle équipe. Et pour le moment, ils n’ont pas assez d’expériences. Le match avec la Côte d’Ivoire,  on avait presque gagné le match. Mais à la 85e minutes, les éléphants égalisent et gagnent. C’est l’expérience de la compétition. Malo n’est pas le problème, mais il est le responsable de l’équipe. 

Je pense de temps en temps que lui aussi manque d’expériences. Parce que c’est sa première fois de diriger l’équipe nationale. Il y a un petit problème quand même avec l’absence de Bryan Dabo, Abou Ouattara, même Razack Traoré. Ils  pouvaient être là. Il y a Cédric Badolo. Je pense que la fédération doit voir ce problème. Ils doivent préparer les entraîneurs qui doivent prendre l’équipe nationale. 

C’est Firmin qui donne les entraînements. Cette fois-ci, Firmin était malade, c’est Kamou Malo même qui a donné les entraînements. Là, j’étais content. J’avais fais une doléances concernant la formation des entraîneurs. 

C’est l’entraîneur principal qui doit faire les entraînements. Je pense qu’il a la volonté de bien faire et il faut l’aider à se perfectionner. C’est pour cela que je voulais que chaque année, le meilleur entraîneur parte faire un recyclage.

www.libreinfo.net 

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
10 + 24 =